La boue, le pire ennemi des policiers allemands à Lützerath ?

La police allemande a mis plusieurs jours pour évacuer les militants pour le climat rassemblés dans le hameau de Lützerath. Une mission rendue compliquée, entre autres, par la boue !

La Rédaction de L'Avenir
Police clashes with protesters during a large-scale protest to stop the demolition of the village Luetzerath to make way for an open-air coal mine extension on January 14, 2023. - In an operation launched earlier this week, hundreds of police have been working to remove activists, who have already occupied the hamlet of Luetzerath in western Germany. (Photo by INA FASSBENDER / AFP)
Plusieurs policiers allemands ont été pris dans la boue. ©AFP or licensors

Un champ de bataille. De mercredi à dimanche, des centaines de membres des forces de l’ordre allemandes ont lutté face à des milliers de protestataires à proximité de Lützerath, dans l’ouest de l’Allemagne, pour évacuer les 300 militants de ce hameau dont la destruction doit permettre l’extension d’une mine de charbon.

Symbole de la résistance aux combustibles fossiles, le village allemand a été le théâtre d’affrontements réguliers entre militants et policiers. Des policiers dont la combinaison anti-émeute n’a pas facilité l’avancée.

Face à des activistes qui n’hésitaient pas à les canarder des pierres et des feux d’artifice, certains policiers ont même été filmés en train de s’embourber… au sens littéral du terme.

Greta Thunberg emmenée par la police à Lützerath

Reste que les forces de l’ordre allemandes ont été très efficaces puisque l’évacuation des 300 manifestants n’a nécessité que cinq jours d’effort contre plusieurs semaines selon les prévisions.

Plusieurs manifestants ont accusé hier dimanche la police d'avoir réprimé avec "violence" leur rassemblement la veille, qui a dégénéré en affrontements au cours desquels des dizaines de policiers et de manifestants ont été blessés. Le collectif « Lützerath lebt! » a fait état samedi de dizaines de blessés, dont certains graves, dans les rangs des protestataires. Une vingtaine d'entre eux étaient hospitalisés, selon une infirmière de ce groupe de militants, Birte Schramm.

La police a affirmé de son côté dimanche que quelque 70 de ses agents avaient été blessés la veille.

Vous êtes hors-ligne
Connexion rétablie...