12.000 personnes en soutien aux manifestations en Iran à Strasbourg

Environ 12.000 personnes selon la police, venues de toute l'Europe, ont manifesté lundi 16 janvier à Strasbourg pour demander à l'Union européenne d'inscrire les Gardiens de la Révolution, l'armée idéologique de Téhéran, sur la liste noire des "organisations terroristes".

Belga
An activist holds a picture of Shah Mohammad Reza Pahlavi during a gathering in support to Iran's anti-government protesters, in Strasbourg, eastern France, Monday, Jan. 16, 2023. The Strasbourg march comes after over 100 MEPs signed last week a letter calling on the EU to take a firmer stance on Iran. (AP Photo/Jean-Francois Badias)
Un militant tient une photo du Shah Mohammad Reza Pahlavi lors d'un rassemblement de soutien aux manifestants anti-gouvernementaux iraniens, à Strasbourg, le lundi 16 janvier 2023. ©Copyright 2023 The Associated Press. All rights reserved

Le cortège, submergé de drapeaux iraniens, s'est mis en route en début d'après-midi en direction du Parlement européen où débutait ensuite à 17h00 la session plénière de l'assemblée.

"Nous nous rassemblons pour faire entendre en Europe les femmes et les hommes iraniens et pour demander au Parlement européen de continuer à s'inscrire du bon côté de l'Histoire", a expliqué à l'AFP le député centriste du Parlement suédois Alireza Akhondi, organisateur de la manifestation. "Sans l'aide de l'Europe, sans nous pour être leur voix, il n'y aura pas de révolution en Iran", a-t-il ajouté.

L'Iran est secoué par une vague de contestation contre le pouvoir depuis la mort, le 16 septembre, de Mahsa Amini, une Kurde iranienne de 22 ans, décédée trois jours après avoir été arrêtée à Téhéran par la police des mœurs pour avoir mal porté le voile islamique. Plusieurs personnes ont été condamnées à mort et exécutées en lien avec les manifestations.

Leurs visages et leurs noms étaient affichés sur des pancartes de manifestants qui ont clamé à de nombreuses reprises le slogan "Femme, Vie, Liberté !", cri de ralliement des foules qui protestent actuellement en Iran.

La présidente du Parlement européen Roberta Metsola a pris la parole à l'arrivée du cortège devant le siège de l'institution, assurant les manifestants que les eurodéputés étaient "avec eux".

La Maltaise a également évoqué la situation à l'ouverture de la plénière, dans l'hémicycle. "Les femmes, hommes, étudiants qui se soulèvent, en Iran, ont inspiré le monde entier, et je souhaite leur dire que nous n'allons pas les abandonner", a-t-elle affirmé. "Nous devons sévir contre le Corps des gardiens de la révolution islamique. Nous devons faire en sorte que ceux qui sont responsables des assassinats, des exécutions, ceux qui préfèrent voir les gens enchaînés, ceux qui fournissent des drones utilisés pour tuer des Ukrainiens, soient tenus pour responsables", a-t-elle ajouté.

Un débat aura lieu avec le Haut représentant de l'Union européenne pour les affaires étrangères et la politique de sécurité, Josep Borrell, mardi après-midi, et une résolution sera mise au vote jeudi.

Vous êtes hors-ligne
Connexion rétablie...