Guerre en Ukraine : au moins cinq morts et 27 blessés dans une frappe sur un immeuble d'habitation dans l'est

Au moins cinq personnes ont été tuées et 27 blessées dans une frappe russe sur un immeuble d'habitation de la ville de Dnipro, dans l'est de l'Ukraine, a-t-on appris ce samedi 14 janvier 2023 auprès des autorités locales.

AFP
This handout picture taken and released by the Ukrainian Emergency Service on January 14, 2023, shows rescuers working on a residential building destroyed after a missile strike, in Dnipro. - A strike on a residential building in the eastern Ukrainian city of Dnipro on January 14, 2023, left at least five dead and 27 injured, officials said. (Photo by Handout / UKRAINIAN EMERGENCY SERVICE / AFP) / RESTRICTED TO EDITORIAL USE - MANDATORY CREDIT "AFP PHOTO / UKRAINIAN EMERGENCY SERVICE" - NO MARKETING NO ADVERTISING CAMPAIGNS - DISTRIBUTED AS A SERVICE TO CLIENTS

"Mémoire éternelle à tous ceux dont les vies ont été prises par la terreur russe ! Le monde doit arrêter ce mal", a réagi sur les médias sociaux le président ukrainien Volodymyr Zelensky, ajoutant que "le déblaiement des débris à Dnipro continue.

"Il y a déjà cinq morts, 27 personnes ont été blessées et hospitalisées, dont six enfants", a de son côté annoncé le gouverneur de Dnipro, Valentin Reznitchenko, sur la messagerie Telegram, où il a posté la photo d'un bâtiment réduit en ruines.

La frappe a atteint l'entrée d'un immeuble de neuf étages, dont plusieurs ne sont pus que des décombres fumants.

Les Ukrainiens célèbrent ce samedi le Nouvel An orthodoxe (dans le calendrier julien), une fête populaire à la veille de laquelle les enfants reçoivent traditionnellement des sucreries.

"Samedi festif - et poursuite de la terreur (russe). Pendant que les enfants ukrainiens profitent des friandises reçues hier, la Russie attaque des bâtiments d'habitation", a commenté la Première dame ukrainienne Olena Zelenska.

"Moscou prouve que son cynisme ne connaît pas de limites", a quant à lui déclaré le conseiller présidentiel Mikhaïlo Podoliak. La Russie "doit être expulsée du Conseil de sécurité de l'ONU dès maintenant", a-t-il encore dit.

Vous êtes hors-ligne
Connexion rétablie...