Le hérisson risque de disparaître d'ici 2025

La population de hérissons s’est vue réduite de moitié au cours des 50 dernières années. En cause ? La bétonisation des terres, la disparition des zones forestières et l’impact des produits chimiques sur les cultures. À ce rythme, l’espèce “sera quasiment éteinte d’ici à 2025”.

La Rédaction de L'Avenir
 Les hérissons sont une espèce protégée. On ne peut pas les détenir et encore moins les tuer pour les manger.
Image d'illustration ©ÉdA – 60353862142 

Apparu sur Terre il y a soixante millions d’années, le hérisson pourrait bien s’éteindre d'ici 2025 : l’animal a vu sa population réduite de moitié au cours des dernières 50 années, selon les informations du Parisien.

“L’espèce risque aujourd’hui de disparaître dans l’indifférence générale alors qu’elle a côtoyé les mammouths”, explique au journal français la fondatrice du Sanctuaire des hérissons, Anne Fingar.

En Angleterre, les populations de hérissons ont été réduites de 95 % en l’espace de soixante ans. Ils étaient 30 millions d’individus dans les années 1950 contre à peine un million aujourd’hui. La dernière étude en date menée dans le pays se veut d’autant plus alarmante : selon elle, la population a encore décru de 50 % au cours des vingt dernières années.

Chassé de son habitat naturel

Les principales causes de cet impressionnant recul ? La bétonisation des terres, la disparition des haies, des zones de bocage et l’impact des produits chimiques. “La pression des pesticides est tellement forte qu’il n’y en a pratiquement plus à la campagne”, constate Jean-Xavier Duhart, de l’association française Sauvons les hérissons.

L’animal est forcé de quitter son habitat naturel, les forêts et campagnes, au profit des villes afin de trouver de quoi se nourrir. “Cela les oblige à traverser des routes sur lesquelles ils se font souvent écrabouiller”, souligne au Figaro Anne Fingar.

À ce rythme, Jean-Xavier Duhart estime que l’espèce “sera quasiment éteinte d’ici à 2025, avec des territoires d’où il aura totalement disparu et d’autres avec des effectifs si réduits qu’ils ne seront plus en mesure de se reproduire, et donc condamnés à disparaître”, explique-t-il au Parisien.

Que faire ?

La survie de l’animal, protégé depuis 1981, fait l’objet de nombreuses pétitions appelant à mieux encadrer les actions menant à sa sauvegarde.

On peut également agir à notre niveau en rendant notre jardin accueillant pour lui, notamment en lui aménageant un petit coin refuge. “Dès que le temps est sec, n’oubliez pas de mettre à leur disposition dès la nuit tombée des croquettes pour chat et de l’eau fraîche”, conseille Jean-Xavier Duhart dans les colonnes du Parisien, avant de poursuivre : “Grâce à leur flair, ces insectivores vous débarrasseront des larves de vers blancs mais aussi des limaces et des escargots, ajoute Gilles Benest. Si vous rêvez d’un jardin écolo, la meilleure chose à faire est d’attirer un hérisson. ”

Inutile de rappeler que les robots tondeuses sont les pires ennemis du hérisson. L’animal se déplaçant lentement, il n’est pas rare de retrouver des individus fauchés par les engins.

Vous êtes hors-ligne
Connexion rétablie...