L'Otan "s'attend" à une accession de la Suède et la Finlande en 2023, sans garantie

La Suède et la Finlande pourraient accéder à l'Otan dès 2023, a affirmé dimanche le secrétaire général de l'Otan, Jens Stoltenberg, qui a cependant rappelé que la décision dépendait des Parlements turc et hongrois.

Belga
NATO Secretary General Jens Stoltenberg delivers a speech at the annual Society and Defence Conference in Salen, Sweden on January 8, 2023. (Photo by Henrik MONTGOMERY / TT News Agency / AFP) / Sweden OUT
Jens Stoltenberg ©TT NEWS AGENCY

"Je m'attends (à ce que l'adhésion ait lieu en 2023), mais je ne garantirai pas la date exacte, car il s'agit bien sûr d'une décision souveraine du Parlement turc et du Parlement hongrois, (qui) n'ont pas encore ratifié l'accord", a-t-il affirmé lors d'une interview à l'AFP.

La Hongrie et surtout la Turquie bloquent depuis mai l'adhésion des deux pays nordiques à l'Alliance atlantiqe..

"Nous avons eu des négociations, et elles ont été assez exigeantes, en juillet de l'année dernière, lorsque la Turquie, la Finlande et la Suède ont convenu d'un mémorandum commun dans lequel elles décrivaient comment elles pouvaient intensifier leur collaboration, à la fois en ce qui concerne les exportations d'armes, mais aussi, par exemple, dans la lutte contre le terrorisme", a rappelé M. Stoltenberg.

"La Finlande et la Suède ont respecté cet accord et se sont clairement engagées à avoir une coopération à long terme avec la Turquie sur ces questions. Par conséquent, le moment est venu de finaliser le processus d'adhésion et de ratifier le protocole d'adhésion", a-t-il déclaré.

Un peu plus tôt dans la journée, le Premier ministre suédois Ulf Kristersson avait dénoncé certaines demandes de la Turquie.

En décembre, la Cour Suprême suédoise a refusé d'extrader le journaliste Bülent Kenes comme le réclamait le président turc Recep Tayyip Erdogan.

Ankara "dit aussi qu'elle veut des choses que nous ne pouvons et ne voulons pas lui donner", avait alors souligné M. Kristersson lors d'une conférence sur la défense et la sécurité.

Le secrétaire général de l'Otan a relevé la rapidité du processus d'adhésion des deux pays.

"Bien sûr, j'aimerais qu'il soit finalisé le plus rapidement possible. Mais en même temps,c'est un processus rapide par rapport à tous les processus d'adhésion à l'Otan", a dit M. Stoltenberg.

"Je suis convaincu que cela se produira, mais je me garderai bien de spéculer sur le moment exact où cela interviendra", a-t-il conclu.

Vous êtes hors-ligne
Connexion rétablie...