Le romancier américain Russell Banks est mort à 82 ans

Le romancier américain Russell Banks, grande figure de la littérature contemporaine, connu pour ses portraits de la classe ouvrière, est décédé samedi à 82 ans des suites d'un cancer.

Belga
(FILES) In this file photo taken on December 2, 2007 US author Russell Banks attends the "Etonnant Voyageur" International Book Fair in Port-au-Prince. - Banks, a prolific American fiction writer whose work charted the interior lives of marginalized people at odds with social forces, has died at age 82. Banks "passed away peacefully last night in his home in upstate (New York)," fellow author Joyce Carol Oates said on Twitter on January 8, 2023. (Photo by Thony BELIZAIRE / AFP)
Russell Banks ©AFP or licensors

C'est une autre grande romancière américaine, Joyce Carol Oates, peintre elle aussi d'une société malade de sa violence et de ses inégalités, qui a été l'une des premières à lui rendre hommage, en annonçant sur Twitter que son ami Russell Banks était "décédé paisiblement chez lui, dans le nord de l'Etat de New York".

"J'aimais Russell et j'ai adoré son immense talent et son coeur généreux. +Pourfendeur de nuages+ (était) son chef d'oeuvre, mais toute son oeuvre est exceptionnelle", a écrit sur Twitter l'auteure, qui a enseigné l'écriture comme Russell Banks à l'université de Princeton (New Jersey).

D'"Affliction" (1989), portrait psychologique sombre d'un policier adapté au cinéma par Paul Schrader en 1997, à "De beaux lendemains" (1991), récit à plusieurs voix d'une bourgade de l'Etat de New York traumatisée par un accident de car scolaire, ses romans étaient imprégnés de la vie des classes populaires, dont il était issu.

Romancier, nouvelliste et poète, Russell Banks aimait raconter les difficultés de la classe ouvrière à travers des personnages qui luttent contre la pauvreté, la toxicomanie, les problèmes de classe et d'origine raciale.

"Comme écrivain, je suis chanceux. Mais comme citoyen américain, je suis pessimiste", disait-il dans une interview dans le journal français Le Monde en 2016. "La classe moyenne s'est appauvrie, les Américains ne croient plus que leurs enfants vivront mieux qu'eux, ni même aussi bien", ajoutait-il, en affichant son soutien à la démocrate Hillary Clinton face à Donald Trump.

Parmi ses livres les plus connus, figuraient "Pourfendeur de nuages" (1998), roman historique sur l'abolitionniste américain John Brown, ou "American Darling", portrait en forme de saga d'une Américaine issue de la bourgeoisie de gauche qui s'exile au Liberia.

Son dernier roman, "Oh, Canada", récit d'une fin de vie, était sorti en 2022.

Né à Newton, dans le nord-est des Etats-Unis, le 28 mars 1940, Russell Banks grandit dans un milieu modeste, et son père plombier quitte le domicile familial quand il a douze ans. La figure paternelle est souvent présente dans ses livres, comme dans "Pourfendeur de nuages".

Après ses études, il part découvrir le monde, notamment la Jamaïque, un voyage dont il tirera un livre ("Le Livre de la Jamaïque") puis gagne sa vie comme plombier. Sa vie d'auteur va commencer lorsqu'il tente sa chance auprès d'un atelier d'écriture dans le Vermont (nord-est). Un autre écrivain américain, Neslon Algren, le prend sous son aile. Son premier roman, "Family Life", paraît en 1975.

Actif politiquement, Russell Banks avait pris position contre l'intervention militaire américaine en Irak et contre le Patriot Act.

Il avait aussi présidé le Parlement international des écrivains créé par Salman Rushdie et fondé l'organisation Cities of Refuge North America, un réseau de lieux d'asile pour écrivains exilés ou menacés.

Vainqueur du prix John-Dos-Passos en 1985, il était membre de l'Académie américaine des arts et des lettres.

Russell Banks avait aussi écrit une adaptation du livre de Jack Kerouac "Sur la route" pour le cinéma. Et il disait volontiers que la littérature n'était pas la seule forme de récit. "Je suis né dans les années 1940. Hemingway, Faulkner étaient encore vivants et Fitzgerald venait de mourir (...) A cette époque, le roman était la forme majeure pour raconter des histoires", avait-il déclaré dans Le Monde.

"Si j'avais 20 ans aujourd'hui, je ne suis pas sûr que je deviendrais romancier. C'est très archaïque ! Je crois que je serais réalisateur pour Internet car c'est la forme dominante pour raconter des histoires", ajoutait-il.

Vous êtes hors-ligne
Connexion rétablie...