Le prince Harry révèle avoir tué 25 personnes en Afghanistan

Le prince Harry révèle dans ses mémoires avoir tué 25 "talibans" lorsqu'il était engagé comme pilote d'hélicoptère en Afghanistan, devant considérer ses cibles comme des "pièces de jeux d'échecs", tel qu'appris à l'entraînement pour pouvoir tirer, a rapporté le Telegraph jeudi.

Belga
Copies of the Evening Standard newspaper, leading with stories about Britain's Prince Harry, Duke of Sussex's relationship with Britain's Prince William, Prince of Wales, are placed out for distribution, in London on January 5, 2023, ahead of the publication of Britain's Prince Harry, Duke of Sussex's book, Spare. - Britain's Prince Harry recounts in his new book how he was physically "attacked" by his older brother Prince William during an argument in 2019, the Guardian reported on January 4, 2023. (Photo by JUSTIN TALLIS / AFP)
Image d'illustration ©AFP or licensors

Le fils cadet du roi Charles III a passé 10 ans dans l'armée britannique, avec deux déploiements en Afghanistan, en 2007-2008 pendant 10 semaines, puis comme pilote d'hélicoptère dans le sud du pays de septembre 2012 à janvier 2013. Il démissionne en 2015 faute de pouvoir retourner sur le terrain.

Comment Harry est entré en guerre contre la famille royale britannique

Dans son livre "Le Suppléant" publié mardi prochain mais dont certains journaux ont déjà obtenu copie, le prince exilé en Californie raconte avoir appris dans le cadre de son entraînement à tuer des ennemis et que cela faisait partie de son travail: "Nous tirons quand il le faut, prendre une vie pour sauver une vie". Selon le Telegraph, il raconte au sujet de son deuxième déploiement qu'il pouvait compter le nombre de ses victimes grâce aux caméras embarquées sur son hélicoptère Apache. "Il me paraissait essentiel de ne pas avoir peur de ce nombre. Donc le nombre pour moi c'est 25. Ce n'est pas un chiffre qui me remplit de satisfaction, ni qui m'embarrasse", écrit le prince de 38 ans. Il raconte avoir considéré ces victimes comme des "pièces de jeu d'échecs" retirées de la partie, comme le prévoyait son entraînement car il est impossible de tuer une cible "si on la considère comme une personne".

"Je m'étais fixé comme objectif, dès le premier jour, de ne jamais me coucher avec des doutes sur le fait que j'avais fait ce qu'il fallait, que j'avais tiré sur des talibans et uniquement sur des talibans, sans civils à proximité", assure-t-il. "Je voulais rentrer en Grande-Bretagne entier, mais plus encore, je voulais rentrer chez moi avec ma conscience intacte." Selon le journal, l'engagement militaire du prince en a fait une cible potentielle de terroristes, d'où les craintes sur sa sécurité qu'il a exprimées depuis qu'il a quitté en 2020 la monarchie et perdu sa protection publique

Vous êtes hors-ligne
Connexion rétablie...