Malgré le Covid en Chine, "la lumière de l'espoir est devant nous", affirme Xi Jinping

Le président chinois Xi Jinping a assuré samedi que "la lumière de l'espoir est devant nous", au moment où son pays fait face à une explosion de cas de Covid-19 après une levée brutale des restrictions sanitaires.

AFP
A patient is assisted onto a bed at the emergency ward of a hospital in Beijing, Saturday, Dec. 31, 2022. China is on a bumpy road back to normal life as schools, shopping malls and restaurants fill up again with the easing of COVID-19 restriction. The abrupt end to testing and other measures came as hospitals were swamped with feverish, wheezing COVID-19 patients (AP Photo/Ng Han Guan)
©Copyright 2022 The Associated Press. All rights reserved

Trois ans après l'apparition des premiers cas de coronavirus à Wuhan (centre), la Chine a mis fin sans préavis le 7 décembre à sa draconienne politique dite du "zéro Covid".

Depuis la levée des restrictions, les hôpitaux chinois sont submergés par une déferlante de malades pour la plupart âgés, des crématoriums sont débordés et nombre de pharmacies manquent de médicaments contre la fièvre.

"La prévention et le contrôle de l'épidémie sont entrés dans une nouvelle phase. Nous sommes toujours dans un moment difficile", mais "la lumière de l'espoir est devant nous", a dit Xi Jinping dans une allocution télévisée pour le Nouvel an.

Il s'agit du deuxième commentaire sur l'épidémie cette semaine de l'homme fort de Pékin.

Lundi, M. Xi avait appelé à prendre des mesures pour "protéger efficacement la vie de la population".

Le pays a rapporté samedi plus de 7.000 nouveaux cas positifs et un décès supplémentaire lié au Covid sur une population de 1,4 milliard d'habitants. Des chiffres largement minorés qui apparaissent en total décalage avec la réalité sur le terrain.

En dépit de ce rebond épidémique, les autorités vont cesser le 8 janvier les quarantaines obligatoires à l'arrivée en Chine et autoriser les Chinois à voyager à l'étranger, après trois ans de frustrations.

Par précaution, plusieurs pays européens dont la France et l'Italie, ainsi que les Etats-Unis et le Japon ont annoncé qu'ils exigeraient des tests négatifs des passagers en provenance de Chine.

- "Compréhensible" -

Les mesures de précaution prises par plusieurs Etats sont "compréhensibles" au vu du manque d'informations fournies par Pékin, a estimé le chef de l'Organisation mondiale de la santé (OMS), Tedros Adhanom Ghebreyesus.

"En l'absence d'informations complètes venant de Chine, il est compréhensible que des pays prennent les mesures dont ils pensent qu'elles protègeront leurs population", a-t-il déclaré.

Pékin assure que ses statistiques sur le Covid depuis le début de l'épidémie ont toujours été transparentes.

L'OMS a annoncé vendredi soir avoir rencontré des responsables chinois pour évoquer la flambée épidémique.

"L'OMS a de nouveau demandé le partage régulier de données spécifiques et en temps réel sur la situation épidémiologique, notamment davantage de données sur le séquençage génétique et sur l'impact de la maladie, y compris les hospitalisations, les admissions dans les unités de soins intensifs et les décès", a avancé l'agence sanitaire des Nations unies dans un communiqué.

Elle a aussi réclamé des données sur les vaccinations effectuées et le statut vaccinal, en particulier chez les personnes vulnérables et les plus de 60 ans, a ajouté l'OMS.

La politique "zéro Covid" a permis à la population chinoise depuis 2020 d'être largement protégée du virus, grâce à des tests de dépistage généralisés, un suivi strict des déplacements mais également des confinements et quarantaines obligatoires dès la découverte de cas.

Ces mesures, qui ont largement isolé la Chine du reste de la planète, ont porté un rude coup à la deuxième économie mondiale. Elles suscitaient ces derniers mois une frustration grandissante de la population et ont donné lieu à des manifestations inhabituelles contre le pouvoir.

sbr/roc/lch

Vous êtes hors-ligne
Connexion rétablie...