Covid: l'Espagne instaure, après l'Italie, des contrôles pour les voyageurs venant de Chine

Le gouvernement espagnol a annoncé vendredi l'instauration de "contrôles" dans ses aéroports pour les voyageurs venant de Chine afin de s'assurer qu'ils n'étaient pas porteurs du virus du Covid.

Belga
<p>Des employés de l'aéroport de Rome–Fiumicino, vêtus de costumes protecteurs, aident des voyageurs arrivant de Chine, après les avoir testés pour le Covid, le 29 décembre 2022</p>
Image d'illustration ©AFP

Madrid suit donc l'Italie, premier pays de l'UE à avoir décidé cette semaine d'exiger des tests négatifs des passagers venus de Chine, où explose le nombre de cas de Covid alors que les restrictions ont été levées.

Dans une brève conférence de presse à Madrid, la ministre de la Santé, Carolina Darias, a indiqué qu'il serait demandé à ces voyageurs "une preuve qu'ils sont négatifs (...) ou un schéma complet de vaccination". Elle n'a pas précisé quand cette mesure entrerait en vigueur.

Jeudi, des représentants des Etats membres de l'UE s'étaient rassemblés à Bruxelles auprès de la Commission, mais ils ne se sont pas accordés sur une approche européenne commune. Les 27 vont "poursuivre leur concertation". Pour Madrid, il faut décider au niveau européen d'exiger à nouveau des preuves de vaccination ou de dépistage négatif pour toutes les personnes venant de Chine.

L'Espagne craint l'apparition et la propagation sur son sol de nouveaux variants venus de Chine, même si l'ECDC, le Centre européen de prévention et de contrôle des maladies, a estimé qu'il s'agissait pour le moment d'une crainte injustifiée.

Les Etats-Unis, le Japon et la Corée du Sud ont également décidé d'introduire des exigences spécifiques pour les voyageurs chinois. Séoul a précisé vendredi qu'un test PCR négatif devrait être présenté dans les 24h après arrivée depuis la Chine, à partir de lundi. Dès jeudi, ces voyageurs devront présenter un test négatif avant d'embarquer.

Vous êtes hors-ligne
Connexion rétablie...