L’Ukraine dénonce des frappes “massives” de missiles russes

L’armée de l’air ukrainienne dénonce des frappes “massives” de missiles russes jeudi matin sur plusieurs villes du pays, dont la capitale Kiev.

AFP
People rest in the subway station being used as a bomb shelter during a rocket attack in Kyiv, Ukraine, Thursday, Dec. 29, 2022. (AP Photo/Efrem Lukatsky)
Des Ukrainiens se réfugient dans le métro de Kiev après une nouvelle offensive des Russes ce 29 décembre. ©Copyright 2022 The Associated Press. All rights reserved

L’Ukraine dénonce des frappes “massives” de plus de 120 missiles russes jeudi matin sur plusieurs villes du pays, dont la capitale Kiev, selon l’armée et la présidence ukrainienne.

"L'ennemi attaque l'Ukraine sur plusieurs fronts, avec des missiles de croisière tirés depuis des avions et des navires", a annoncé l'armée de l'air sur les réseaux sociaux.

"Plus de 120 missiles ont été lancés pour détruire des infrastructures civiles essentielles et tuer des civils en masse", a ajouté le conseiller de la présidence ukrainienne Mikhaïlo Podoliak sur Twitter, sans donner de bilan d'éventuelles victimes.

Au moins trois personnes ont été blessées à Kiev, la capitale ukrainiennes, à la suite de la nouvelle salve de frappes, a indiqué le maire Vitali Klitchko. "A l'heure actuelle, trois personnes ont été blessées dont une jeune fille de 14 ans. Tous sont hospitalisés", a-t-il écrit sur Telegram.

Lviv, la grande ville de l'ouest de l'Ukraine, était à 90% privée d'électricité jeudi après ces nouveaux bombardements russes sur les infrastructures énergétiques ukrainiennes en plein hiver. "90% de la ville est sans électricité (...) les trams et trolleybus ne roulent plus dans la ville, il pourrait y avoir des coupures d'eau", a indiqué le maire de Lviv, Andriï Sadovy, sur le réseau social Telegram.

Le Kremlin avait prévenu qu'il n'y aurait aucune trêve du Nouvel An sur le terrain en Ukraine. Le président russe Vladimir Poutine justifie son offensive militaire contre l'Ukraine, qui dure depuis plus de 10 mois, au prix de lourdes pertes, en assurant que l'Occident se servait de l'Ukraine comme d'une tête de pont pour menacer la Russie.

Vous êtes hors-ligne
Connexion rétablie...