Investiture de Lula au Brésil: 100% des forces de sécurité mobilisées

La sécurité du président élu Lula sera assurée par une mobilisation de 100% des forces de l'ordre, a assuré son équipe mardi, à cinq jours de son investiture et après qu'une tentative d'attentat à l'explosif a été découverte dans la capitale brésilienne.

Belga
Army soldiers take part in security preparations for the inauguration ceremony of Brazilian President-elect Luiz Inacio Lula da Silva, at the Planalto Presidential Palace, in Brasilia, Brazil, Tuesday, Dec. 27, 2022. (AP Photo/Eraldo Peres)
Les soldats se préparent pour l'investiture. ©Copyright 2022 The Associated Press. All rights reserved

Dimanche "les forces de police du District Fédéral (de Brasilia) seront mobilisées à 100% pour garantir la sécurité non seulement du président, mais aussi des délégations étrangères et de la population", a déclaré à la presse Flavio Dino, son futur ministre de la Sécurité publique.

Les plans pour les cérémonies "n'ont pas été modifiés", a poursuivi le ministre, interrogé sur la possibilité que Luiz Inacio Lula da Silva descende l'Esplanade des ministères à bord d'une voiture fermée au lieu de la traditionnelle Rolls Royce décapotable.

La décision "sera prise en temps voulu", a dit M. Dino, lors d'une conférence de presse à laquelle assistaient le futur ministre de la Défense et le gouverneur de Brasilia, chargé de la police locale.

La cérémonie d'intronisation se déroulera de manière "sûre et pacifique", a ajouté M. Dino, alors que Brasilia se prépare à accueillir des centaines de milliers de personnes.

De nombreux sympathisants du président élu de gauche ont exprimé sur les réseaux sociaux leur crainte de troubles ou d'attentats, surtout depuis la découverte, samedi dernier, d'un engin explosif dans un camion-citerne près de l'aéroport de Brasilia. Activé, l'engin n'a pas explosé.

L'homme qui l'avait déposé a été arrêté et voulait, selon ses déclarations à la police publiées par la presse locale, "provoquer le chaos" et "l'intervention des forces armées" afin d'"empêcher l'établissement du communisme au Brésil".

Le gouverneur de Brasilia, Ibaneis Rocha, a indiqué mardi qu'un deuxième homme, soupçonné d'avoir aidé le principal suspect, était recherché.

Vous êtes hors-ligne
Connexion rétablie...