Les Chinois jubilent à l'annonce de la fin de la quarantaine en Chine: "Le printemps arrive"

"C'est fini... le printemps arrive!": les Chinois se réjouissent mardi de la suppression de la quarantaine obligatoire à l'arrivée en Chine et s'empressent de réserver des vols à l'étranger, après trois ans d'isolement pour cause de Covid.

AFP

Les autorités ont mis fin sans préavis le 7 décembre à la plupart des strictes mesures sanitaires contre le Covid-19, sur fond d'exaspération grandissante de la population et d'impact considérable sur l'économie.

Dernier vestige de la politique du "zéro covid", la quarantaine obligatoire sera supprimée à partir du 8 janvier pour les voyageurs entrant sur le territoire, a annoncé Pékin lundi soir.

De nombreux Chinois ont aussitôt réagi avec enthousiasme à la fin des restrictions qui maintenaient leur pays isolé du monde extérieur depuis mars 2020.

Fan Chengcheng, 27 ans a "l'impression que l'épidémie est enfin terminée". "Les projets de voyage que j'ai depuis trois ans peuvent maintenant devenir réalité", s'est exclamé cet employé de bureau à Pékin.

"C'est fini... le printemps arrive!", s'est réjoui un internaute dans l'un des commentaires les plus applaudis sur Weibo, équivalent de Twitter en Chine.

A Shanghai, l'habitante Ji Weihe salue une mesure qui "bénéciera à l'économie, à la vie des gens et à leur désir de sortir et de voyager".

Un autre résident de Shanghai estime que la réouverture du pays contribuera à atteindre une immunité collective plus rapidement car "il n'y a aucun moyen d'éviter" le virus.

Agences de voyage: un bond de 850% des recherches en ligne

Les recherches en ligne pour des vols vers l'étranger ont bondi une fois la nouvelle annoncée, ont rapporté les médias d'Etat.

Le site de voyage Tongcheng a enregistré un bond de 850% des recherches en ligne et un décuplement des demandes de renseignements sur les visas.

Son concurrent Trip.com rapporte que, dans la demi-heure qui a suivi l'annonce, le volume des recherches pour des destinations hors de Chine continentale a été multiplié par 10 par rapport à l'année précédente.

Macao, Hong Kong, le Japon, la Thaïlande et la Corée du Sud figurent au palmarès des destinations les plus recherchées.

Mais certains Chinois pourraient se heurter à des difficultés: le Japon a déjà annoncé qu'il exigerait un test Covid à tous les voyageurs en provenance de Chine continentale.

Car avec l'abandon de l'essentiel des restrictions sanitaires, la Chine connaît une flambée des contaminations du Covid. Ce qui "génère une inquiétude croissante au Japon", a déclaré mardi le Premier ministre Fumio Kishida.

"C'est un soulagement"

La décision d'abolir les quarantaines à l'arrivée sonne le glas de la stricte politique "zéro Covid" qui a imposé pendant près de trois ans des tests de dépistage généralisés, des confinements inopinés et de longues quarantaines obligatoires dans des centres, qui ont bouleversé la deuxième économie mondiale.

"C'est un soulagement", estime Tom Simpson, directeur général pour la Chine de la Chambre de commerce sino-britannique, "cela met fin à trois années de perturbations très importantes".

Le responsable n'entrevoit cependant qu'une reprise "progressive", alors que les compagnies aériennes augmentent lentement leur nombre des vols et que les entreprises peaufinent leurs stratégies en Chine pour 2023.

Néanmoins, l'annonce est "très, très bienvenue", salue M. Simpson auprès de l'AFP.

A compter du mois prochain, seul un test négatif de moins de 48H sera exigé pour entrer sur le territoire chinois, a précisé lundi soir la Commission de la Santé (NHC), qui fait office de ministère.

Certaines restrictions restent toutefois en place: la Chine a largement suspendu la délivrance de visas touristiques et pour étudiants étrangers depuis le début de la pandémie.

"Nous avons besoin que le public se protège correctement"

La recrudescence des cas intervient avant deux jours fériés pour le Nouvel an et à quelques semaines du Nouvel an lunaire fin janvier, au cours duquel des millions de personnes voyageront pour retrouver leurs proches.

La Chine a annoncé dimanche qu'elle ne publierait plus de statistiques sur le Covid. Les chiffres étaient très critiqués en raison de leur total décalage avec la situation épidémique actuelle.

Aux quatre coins du pays, les hôpitaux et les crématoriums débordent de patients et de victimes du Covid, et des études occidentales estiment qu'environ un million de personnes pourraient mourir au cours des prochains mois.

Pékin insiste sur le fait que le pays est prêt à affronter la tempête -- et exhorte la population à se prendre en charge.

"Nous avons besoin que le public se protège correctement et continue de coopérer avec les mesures appropriées de prévention et de contrôle" du Covid, a déclaré un épidémiologiste qui conseille les autorités sanitaires, Liang Wannian, cité par l'agence Chine nouvelle.

Vous êtes hors-ligne
Connexion rétablie...