Qui sera le premier « parastronaute », la première personne handicapée dans l’espace ?

Un médecin britannique, ex-champion paralympique, John McFall, a été sélectionné mercredi par l’Agence spatiale européenne (ESA) pour rejoindre son programme d’entraînement, avec l’objectif de devenir la première personne handicapée à aller dans l’espace.

AFP
Qui sera le premier « parastronaute », la première personne handicapée dans l’espace ?
©AFP

"Quand il a été annoncé que l’ESA recherchait un candidat avec un handicap physique, j’ai pensé que c’était une opportunité formidable", a raconté John McFall mercredi au cours de la cérémonie de présentation de la nouvelle promotion d’astronautes.

"Avec mon parcours scientifique et mes différentes expériences, j’ai senti que je devais essayer d’aider l’ESA à répondre à la question: pouvons-nous envoyer une personne avec un handicap physique dans l’espace pour y faire un travail significatif?", a-t-il poursuivi.

Cet homme de 41 ans participera aux entraînements en tant que "parastronaute". Ce programme vise à étudier le défi que représenterait l’envoi d’un astronaute handicapé dans l’espace et à trouver des solutions pour le relever.

Les personnes en situation de handicap qui candidataient "ont passé les mêmes sélections" que les candidats valides, a précisé l’astronaute français Thomas Pesquet sur la chaîne de télévision française France 2. "On n’a pas été plus tendres avec eux qu’avec les autres, ils ont un niveau incroyable!".

"L’idée, c’est d’aller chercher des capacités partout où elles sont", a-t-il ajouté, soulignant que les astronautes "ont vocation à être ambassadeurs de l’Humanité dans l’espace".

Ancien athlète paralympique

John McFall a été amputé de la jambe droite après un accident de moto à 19 ans. Il a alors dû renoncer à son ambition de rejoindre l’armée mais il est devenu un athlète professionnel, remportant la médaille de bronze au sprint aux jeux paralympiques de Pékin en 2008.

John McFall s’est lancé à 28 ans dans des études de médecine et s’est spécialisé dans la traumatologie orthopédique. Il a été diplômé en 2014.

Parallèlement à ses études, il s’est engagé dans un programme destiné à soutenir les sportifs paralympiques en devenir et il a travaillé pour l’organisation des jeux paralympiques de Londres en 2012.

Il exerce en tant que médecin dans le sud de l’Angleterre. Marié, père de trois enfants, il cite parmi ses loisirs la guitare et les voyages.

Il s’est dit "incroyablement fier et excité" d’avoir été sélectionné. "Cela a fait l’effet d’un tourbillon, car, étant amputé, je n’avais jamais pensé que devenir un astronaute était une possibilité".

« Le message que je veux donner aux futures générations, c’est que la science est pour tout le monde et que les voyages dans l’espace, espérons-le, peuvent être pour tout le monde ».