Cyril Hanouna insulte un député : une procédure de sanction du CSA français contre C8

Une semaine après que Cyril Hanouna, l’animateur de « Touche pas à mon poste », a insulté l’élu Louis Boyard en direct, l’Arcom, le CSA français, a décidé de lancer une procédure de sanction contre C8, la chaîne sur laquelle est diffusée l’émission.

La Rédaction de L'Avenir
Les insultes de Cyril Hanouna envers un député ne vont pas rester sans suite.
Les insultes de Cyril Hanouna envers un député ne vont pas rester sans suite. ©Reporters/Bpresse

La réaction du régulateur français de l’audiovisuel n’a pas traîné. Une semaine après l’altercation qui a opposé Cyril Hanouna et Louis Boyard (La France Insoumise) en direct sur le plateau de « Touche pas à mon poste », l’Arcom confirme avoir ouvert une procédure de sanction à l’encontre de C8.

Selon l’ex-CSA, qui n’a pas encore précisé la nature exacte des griefs retenus, la chaîne se trouve en situation de récidive.

Depuis la vive altercation de jeudi dernier, Louis Boyard avait annoncé publiquement son intention de déposer plainte pour injure publique contre l’animateur. De son côté, Cyril Hanouna avait dit vouloir attaquer le député pour diffamation après ses attaques sur le milliardaire Vincent Bolloré, propriétaire de Canal+ et, par conséquent, de la chaîne C8.

Nouveau dérapage de Cyril Hanouna dans «Touche pas à mon poste»: ce qu'il risque en justice

« L’Arcom, via son directeur général, va saisir le conseiller d’État Bertrand Dacosta. Ce rapporteur indépendant décidera s’il y a lieu ou non d’instruire une procédure de sanction contre l’antenne du groupe Canal+. Si oui, le haut fonctionnaire mènera une enquête respectant les règles du contradictoire, et proposera à l’Arcom, s’il l’estime nécessaire, une sanction contre la chaîne », explique le média « Le Parisien » sur son site internet. « Après une ultime audition des représentants de C8, les Sages de l’audiovisuel seront ensuite libres de suivre ou non les recommandations du rapporteur indépendant. »

D’après les médias français, les sanctions à l’encontre de C8 peuvent être nombreuses, allant d’une simple amende à une suspension du programme ou un retrait de l’autorisation d’émettre.