Menacé d’une déferlante républicaine, Biden essaie de mobiliser ses troupes pour « sauver la démocratie »

Menacé d’une déferlante républicaine aux législatives de mardi, qui pourrait mettre Donald Trump en orbite pour 2024, Joe Biden s’est efforcé dimanche de mobiliser ses troupes autour de la défense de la démocratie.

 Le président américain s’est efforcé de mobiliser ses troupes autour de la défense de la démocratie.
Le président américain s’est efforcé de mobiliser ses troupes autour de la défense de la démocratie. ©AFP

"Si vous allez tous voter, la démocratie est sauvée, ce n’est pas une blague", a dit le président démocrate devant un public largement acquis à sa cause, à l’université Sarah Lawrence, au nord de New York. Autrement dit, en terre historiquement démocrate.

"C’est le moment pour votre génération de la défendre, de la préserver, de la choisir", a-t-il insisté, après avoir rappelé l’assaut du Capitole le 6 janvier 2021 par des partisans de l’ancien président Donald Trump.

Ce dernier avait lui aussi choisi dimanche de s’exprimer dans un Etat favorable aux républicains, la Floride (sud).

A Miami, l’ancien président a continué à alimenter l’attente autour d’une déclaration de candidature imminente à la présidentielle de 2024.

"Je vais probablement devoir le refaire", a-t-il dit, casquette rouge vissée sur la tête. Ses partisans se sont alors mis à scander "Quatre ans de plus! Quatre ans de plus!" en référence à la durée du mandat présidentiel aux Etats-Unis, et il les a invités avec insistance à "rester branchés" pour son dernier meeting de campagne, lundi dans l’Ohio, Etat du Midwest.

Les destinations choisies par Joe Biden comme Donald Trump montrent bien qu’à deux jours des "midterms", il ne s’agit plus de convaincre les indécis.

Dans un pays où les clivages partisans sont plus profonds que jamais, il s’agit pour chaque camp de convaincre le plus de sympathisants possible d’aller aux urnes, où les attendent une ribambelle d’élections simultanées, concernant à la fois le Congrès de Washington et des postes locaux.

Depuis deux ans, les démocrates ont une courte majorité à la Chambre des représentants et une seule voix de majorité, celle de la vice-présidente Kamala Harris, au Sénat. 

Les sondages, sujets à caution aux Etats-Unis et qui se sont souvent trompés, tablent sur une victoire nette à la Chambre des représentants pour les républicains, qui pourraient aussi reprendre le contrôle du Sénat.