Changement climatique: la Fondation Gates donne 1,4 milliards pour aider les petits agriculteurs

Des petits agriculteurs en Afrique et en Asie vont bénéficier d’une donation de 1,4 milliard de dollars (soit autant en euros) de la Fondation Bill and Melinda Gates pour les aider à s’adapter au changement climatique. L’annonce a été faite ce lundi l’organisation philanthropique.

 -
- ©Photo News

Cette somme sera distribuée sur quatre ans pour favoriser des innovations leur permettant de mieux résister aux sécheresses, aux canicules et aux inondations extrêmes amplifiées par le changement climatique.

"Des financements supplémentaires sont nécessaires pour s’assurer que les innovations agricoles et technologiques soient largement disponibles pour les communautés vulnérables", a souligné dans un communiqué Bill Gates, le cofondateur milliardaire du géant de l’informatique Microsoft.

Cette annonce a été rendue publique à l’occasion de la conférence sur le climat de l’ONU (COP) à Charm el-Cheikh, où les dirigeants politiques du monde entier défilent à partir de lundi, sous pression pour renforcer leurs engagements climatiques face à un réchauffement qui s’emballe et apporter un soutien financier aux pays pauvres, qui en souffrent le plus.

Des organisations représentant 350 millions de petits agriculteurs ont demandé lundi que la construction d’un "système alimentaire qui puisse nourrir le monde sur une planète réchauffée" soit une "priorité" de la COP27.

"Les effets du changement climatique sont déjà dévastateurs et à chaque fois que le monde retarde son action, plus de gens souffrent et les solutions deviennent plus complexes et coûteuses", a insisté le directeur général de la Fondation Gates, Mark Suzman.

"Les dirigeants doivent écouter la voix des fermiers africains. Les gouvernements doivent comprendre leurs priorités et répondre urgemment", a-t-il plaidé.

Les sommes débloquées par la fondation philanthropique doivent notamment encourager les nouvelles technologiques, aider les femmes ou favoriser les innovations dans la gestion du bétail.

Une plateforme développée avec le Kenya va ainsi aider les cultivateurs à mieux anticiper les menaces climatiques, avec des textos envoyés sur leurs téléphones portables qui peuvent les aider à sauver des récoltes.

Des experts ont accueilli favorablement ces annonces tout en insistant sur le fait qu’un soutien plus large était nécessaire.

Elizabeth Robinson, directrice du Centre for Climate Change Economics and Policy, a ainsi salué une annonce "importante" tout en estimant que "l’échelle du problème est telle que les gouvernements, le secteur privé et les organisations internationales doivent tous augmenter leurs engagements en faveur de la sécurité alimentaire".