La Corée du Nord tire plus de 10 missiles, le Sud dénonce une « invasion » et riposte (vidéo)

La Corée du Nord a tiré mercredi au moins 10 missiles de types variés, dont l’un tombant près des eaux territoriales sud-coréennes, et ce pour « la première fois » selon l’armée de Séoul, occasionnant une rare alerte au raid aérien sur une île sud-coréenne.

"(Ce) lancement de missile nord-coréen est très inhabituel et inacceptable, étant donné qu’il est tombé près des eaux territoriales sud-coréennes au sud de la Ligne de limite du Nord pour la première fois" depuis que la péninsule se trouve divisée, a expliqué Kang Shin-chul, directeur des opérations pour l’état-major interarmées aux journalistes.

Les autorités de la Corée du Sud ont demandé mercredi aux habitants de l’île d’Ulleungdo, au large de sa côte orientale, d’évacuer vers des bunkers après que la Corée du Nord a tiré trois missiles balistiques de courte-portée, selon Séoul.

Une alerte au raid aérien diffusée par les autorités sur la télévision nationale a demandé aux habitants d’Ulleungdo "d’évacuer vers l’abri souterrain le plus proche".

Le président sud-coréen Yoon Suk-yeol a convoqué une réunion du Conseil national de sécurité au sujet de ce lancement, qui, selon les analystes, est l’un des plus "agressifs et menaçants" depuis plusieurs années.

Si les États-Unis et la Corée du Sud tentent d’utiliser leurs forces armées contre la (République populaire démocratique de Corée) sans crainte, les moyens spéciaux des forces armées de la RPDC accompliront leur mission stratégique sans délai

Le Japon a également confirmé le lancement de missiles balistiques nord-coréens présumés, les garde-côtes recommandant aux navires de faire attention.

Le Premier ministre japonais Fumio Kishida a déclaré aux journalistes vouloir "tenir une réunion sur la sécurité nationale dès que possible" en raison de "l’augmentation des tensions dans la péninsule coréenne".

À seulement 57 km de la Corée du Sud

Séoul et Washington organisent actuellement le plus grand exercice aérien conjoint de leur histoire, baptisé "Tempête vigilante" (Vigilant Storm), auquel participent des centaines d’avions de guerre des deux armées.

Pak Jong Chon, maréchal nord-coréen et secrétaire du Parti des travailleurs au pouvoir, a déclaré ces exercices agressifs, selon un rapport publié mercredi par la presse officielle nord-coréenne.

"Si les États-Unis et la Corée du Sud tentent d’utiliser leurs forces armées contre la (République populaire démocratique de Corée) sans crainte, les moyens spéciaux des forces armées de la RPDC accompliront leur mission stratégique sans délai", a déclaré Pak, selon l’agence d’État KCNA.

"Les États-Unis et la Corée du Sud devront faire face à une terrible affaire et payer le prix le plus horrible de l’histoire", a ajouté Pak.

L’un des missiles a atterri dans des eaux situées à seulement 57 kilomètres (35 miles) à l’est du continent sud-coréen, a indiqué l’armée sud-coréenne.

Vendredi dernier, l’armée sud-coréenne avait indiqué que Pyongyang a tiré deux missiles balistiques de courte portée.