Royaume-Uni : Rishi Sunak chercherait 50 milliards de livres pour son budget

Le Premier ministre britannique Rishi Sunak et son chancelier de l’Echiquier Jeremy Hunt envisagent jusqu’à 50 milliards de livres de hausses d’impôts et baisses de dépenses publiques pour rééquilibrer le budget, selon plusieurs médias.

Belga
Royaume-Uni : Rishi Sunak chercherait 50 milliards de livres pour son budget
©Photo News

En vue de la présentation budgétaire reculée au 17 novembre, le nouveau Premier ministre, entré en fonctions cette semaine, et M. Hunt se sont réunis jeudi, écrit l’agence PA, faisant écho à des informations de la BBC.

Si les marchés se sont un peu calmés après la tempête générée par le plan budgétaire du précédent et éphémère gouvernement de Liz Truss, "le panorama reste sombre", d’après une source du Trésor citée par ces deux médias.

Non chiffré et d’une ampleur massive évaluée par les économistes entre 100 et 200 milliards de livres, le projet budgétaire avorté du gouvernement Truss alliait baisses d’impôts massives et vastes aides aux factures énergétiques pour les ménages.

Jeremy Hunt, nommé dans l’urgence par Liz Truss en remplacement de Kwasi Kwarteng pour tenter de redonner confiance aux investisseurs dans les actifs britanniques, est déjà revenu sur l’essentiel des mesures du désastreux "mini-budget".

La livre a repris des couleurs et les taux d’emprunt de l’Etat britanniques se sont détendus, même s’ils restent trois fois plus hauts que fin 2021.

Maintenu à son poste par Rishi Sunak, Jeremy Hunt devrait présenter le 17 novembre un plan budgétaire destiné à rassurer sur la stabilité à long terme des finances publiques, éprouvées par la pandémie et l’envolée des taux d’intérêt.

MM. Sunak et Hunt ne se sont pas engagés à maintenir la revalorisation des pensions de retraite au rythme de l’inflation ou de la hausse des salaires moyenne, comme les gouvernements précédents, et la promesse britannique d’augmenter les dépenses de défense à 3% du PIB d’ici 2030 est également réexaminée.

M. Sunak, un ex-banquier et ex-ministre des Finances, avait lui-même averti pendant l’été des conséquences néfastes du programme de Mme Truss.

Le nouveau Premier ministre de 42 ans a prévenu mardi que des "décisions difficiles" seraient nécessaires pour "réparer" les "erreurs" de Liz Truss, ce qui laisse augurer d’un retour de l’austérité.