La Belgique et 14 autres pays de l’UE proposent un plafonnement du prix du gaz

Quinze Etats membres européens, dont la Belgique, souhaitent que la Commission européenne soumette cette semaine une proposition visant à instaurer un plafonnement du prix du gaz, selon une lettre que l’agence Belga a consulté mardi soir.

Belga
 La Belgique fait partie des États membres qui poussent l’introduction d’un tel plafond.
La Belgique fait partie des États membres qui poussent l’introduction d’un tel plafond. ©Hans Lucas via AFP

Ces pays souhaitent que les ministres de l’Energie puissent en discuter lors de leur réunion d’urgence vendredi.

L’introduction d’un plafond européen du prix du gaz est en discussion depuis plusieurs semaines. La Commission a proposé une intervention d’urgence sur le marché de l’énergie le 14 septembre pour faire baisser les prix, mais une proposition de plafonnement des prix n’en faisait pas partie. Les ministres de l’énergie avaient demandé à la Commission d’examiner un plafond général - c’est-à-dire sur tout le gaz importé en Europe - mais ce travail n’est pas encore terminé.

La Belgique fait partie des États membres qui poussent l’introduction d’un tel plafond mais d’autres pays ainsi que la Commission mettent en garde contre la sécurité d’approvisionnement et considèrent qu’un plafond sur le seul gaz russe est plus réaliste.

Trois jours avant que les 27 ministres de l’énergie ne se réunissent à nouveau pour discuter de la crise des prix dans le secteur de l’énergie, quinze États membres ont envoyé une lettre à la commissaire à l’Energie Kadri Simson l’invitant à soumettre une proposition pour l’introduction d’un plafond général des prix du gaz, qui peut déjà servir de base de discussion au conseil de l’énergie vendredi. La ministre belge de l’Energie, Tinne Van der Straeten, est l’une des signataires.

Les pays soutiennent qu’un plafonnement général des prix peut être conçu de manière à garantir la sécurité de l’approvisionnement et la libre circulation du gaz en Europe, tout en continuant à atteindre l’objectif de diminution de la demande.

La Belgique, la Grèce et l’Italie sont à l’initiative de cette lettre, selon plusieurs sources. Ils ont convaincu la Bulgarie, la Croatie, la France, la Lettonie, la Lituanie, Malte, la Pologne, le Portugal, la Roumanie, la Slovaquie, la Slovénie et l’Espagne. L’Allemagne, les Pays-Bas et le Danemark entre autres ne l’ont pas signée.

La décision finale sur un plafonnement des prix ne doit pas être approuvée à l’unanimité, mais à la majorité qualifiée. Pour l’introduction d’un plafond général, les 15 pays signataires auront besoin du soutien d’au moins un autre État membre.