Disparition de la Belge Natacha au Pérou: rétrospective d’une enquête

Natacha de Crombugghe est portée disparue depuis le 24 janvier 2022. Une enquête intensive est menée, mais la femme de 28 ans reste introuvable, malgré des indices inquiétants. Retour sur les étapes clefs de l’enquête.

Sandra Farrands

L’enquête pour retrouver Natacha de Crombugghe continue… Les dernières nouvelles de l’équipe d’enquêteurs de la "Dirección de Investigación Criminal" de Lima n’augurent rien de bon. Des traces de sang ont été retrouvées dans le dernier endroit où elle a fait la fête, dans une habitation de Cabanaconde. Mais cela doit encore être analysé pour déterminer si elles appartiennent à Natacha. Les recherches durent depuis presque six mois.

Un voyage initiatique qui vire aux cauchemars

C’est une magnifique expérience pour elle, du trek dans des paysages magnifiques, une expérience qui la porte et qu’elle prolonge avec l’intention de traverser le Canyon de Colca. Situé au nord d’Arequipa, il est considéré comme l’un des plus profonds du monde. Natacha donne continuellement des nouvelles à sa famille… jusqu’au 23 janvier au soir. Tout dégringole à la suite du départ de la jeune femme de ce village au cœur des andes. Le 24 janvier à 5 heures du matin, elle quitte son auberge de jeunesse, et depuis elle est portée disparue.

Des recherches continuelles

Des secouristes, policiers, guides de montagnes et sauveteurs sont mobilisés peu de jours après l’avis de disparition. Un drone survole le périmètre. Son sac-à-dos et des vêtements féminins sont retrouvés au cours de recherche. Mais le dernier indice s’avère être une fausse piste .

Les secouristes mobilisés sur place dans un premier temps ont menacé d’arrêter leur recherche. Il s’avère qu’ils ont tout payé de leur poche. Et personne n’a pu les ravitailler en essence. Selon les déclarations de Joel Quicaña, un secouriste en action dès le début, à divers médias locaux, les autorités n’ont pas payé l’hébergement, ni le transport ni la nourriture.

Un escadron diplomatique mobilisé en février

Les parents finissent par arriver sur place pour accélérer l’enquête. S’ensuit l’arrivée de Mark Van de Vreken, ambassadeur de Belgique. "Notre ambassade maintient les contacts établis avec les autorités locales, les services de police et l’équipe de recherche en montagne. Une équipe de guides professionnels poursuit activement les recherches", a ajouté la porte-parole du Service public fédéral, Marie Cherchari. Les autorités policières et judiciaires belges et péruviennes se coordonnent, tandis que le consul honoraire belge sur place "a activé son réseau" et ses "contacts avec les autres postes européens sur place".

Des vidéos surveillances retrouvées par la police péruvienne indiquent un passage à l’Hotel Pachamam.Celui-ci était en rénovation, elle se rend vers Mirko’s House, lequel contient des cas Covid. On finit par apprendre qu’elle a dormi à l’auberge de la Estancia.

Enquêteurs et parents travaillent ensemble

Le 21 février, la police fédérale envoie trois enquêteurs, un de la "Cellule personnes disparues" et deux de la police judiciaire fédérale. À l’issue de leur passage au Pérou, leurs recherches restent vaines. Les parents repartent eux aussi enBelgique. Mais les appels à l’aide se poursuivent. Ils demandent aux dernières personnes qui ont rencontré leur famille de se manifester.

Les recherches se poursuivent courant mars, incluant une trentaine de policiers. Depuis le 6 avril, ce sont ses parents, Eric et Sabine de Crombugghe, qui supervisent et organisent les recherches sur place dans l’espoir de trouver de nouveaux indices. Ils ont emprunté une nouvelle fois tous les itinéraires par lesquels elle est passée.

"Nous avons été rassurés par l’importance des efforts entrepris et la certitude que les recherches se poursuivront jusqu’à ce que Natacha soit retrouvée. Durant ce deuxième séjour, nous comptons vérifier leurs hypothèses et partir dans le canyon sur les traces de notre fille. Il y a trois chemins possibles pour descendre dans le canyon. Je veux les faire en essayant de me mettre dans sa tête, en essayant de m’imaginer comment elle aurait fait" expliquait la mère de Natacha au Soir.

Une récompense de 15000 dollars

Au bout de deux mois et demi de recherche, les parents sont retournés au Pérou. Pour stimuler l’aide locale, ils promettent une récompense de 15 dollars à toute personne qui leur donnera une information déterminante dans leur quête.

"Tout se sait dans un petit village, mais personne n’ose parler. En concertation avec l’avocat et les policiers, nous décidons d’offrir une récompense de 15.000 dollars afin de motiver les habitants de Cabanaconde à parler et à chercher Natacha. Nous collons des affiches partout dans le village, dans le Canyon, à Chivay et à Arequipa, dans les agences de voyages surtout afin que les guides et les touristes qui partent en randonnée dans le canyon recherchent Natacha sur leur chemin. L’annonce est relayée sur les réseaux sociaux. Mais toujours rien. Les gens de Cabanaconde ont-ils peur de parler? Pourquoi?" Les parents persistent, déterminés à trouver une réponse à la disparition de leur fille.Mais l’épuisement les guette.

Les seules informations qui nous parviennent sont celles de chamanes, énergisseurs, pendulistes, médiums et autres voyants qui soit la voient morte, soit vivante et chaque fois dans un endroit différent.

Un vaste soutien populaire

En mai, une marche verte est organisée dans la forêt de Soignes à Bruxelles.Ce sont 300 personnes qui marchent vêtus de vert, pour symboliser un soutien et l’espoir dans l’enquête.C’est aussi un clin d’oeil à Natacha, amatrice de marche à pied.

Inlassablement mobilisés le couple de Crombugghe décrit leur fille comme étant "une personne indépendante, débrouillarde, travailleuse, hyperorganisée et très sportive. Elle aime la vie, la fête et par-dessus tout ses amis. Elle n’a pas froid aux yeux mais est aussi raisonnable. A 28 ans, elle avait envie de découvrir le monde et voulait faire un break pour réfléchir à ce qu’elle veut faire de sa vie et est partie aussi à la recherche d’elle-même. Elle comptait rester 6 mois en Amérique Latine."

"Après trois semaines intenses, où elle a enchaîné les excursions et treks en groupe, elle comptait aller à la rencontre des habitants et poursuivre son voyage seule et de manière plus authentique. Elle pensait rester quelque part pour apporter son aide à un projet humanitaire. Elle nous a communiqué son enthousiasme pour le Pérou, ses habitants et pour les merveilles qu’elle y a découvert. Elle comptait s’envoler pour Bogota le 4 février."

Les enquêteurs continuent de rechercher Natacha.Ils profitent de la décrue de la rivière et analysent tout nouvel indice. Une nouvelle piste serait qu’elle aurait voyagé du district de Cabanconde vers Caylloma.