Procès des attentats à Paris: la condamnation d’Abdeslam «ne paraît pas conforme à la justice»

Le verdict est tombé ce mercredi soir au procès des attentats de Paris. Cinq accusés vont retrouver la liberté malgré leur culpabilité. Salah Abdeslam écope de la perpétuité incompressible. 

Belga
 -
- ©AFP

La condamnation à la perpétuité réelle de Salah Abdeslam, le seul membre encore en vie des commandos des attentats du 13-Novembre, "ne paraît pas conforme à la justice", a estimé jeudi au lendemain du verdict Martin Vettes, un de ses avocats.

"Là où cette décision ne me paraît pas conforme à la justice, c’est que Salah Abdeslam écope de la même peine qu’Oussama Atar qui a été condamné exactement dans les mêmes termes", a regretté Me Vettes sur la radio publique France Inter.

Oussama Atar, présumé mort en zone irako-syrienne, est le commanditaire présumé des attaques qui ont frappé Paris et Saint-Denis le 13 novembre 2015, causant la mort de 130 personnes.

Jugé par défaut comme six autres accusés, il a été condamné comme Salah Abdeslam à la perpétuité incompressible, une peine rarissime, la plus lourde du droit pénal français.

"On ne peut pas se satisfaire d’une décision qui met sur un pied d’égalité le commanditaire des attentats du 13-Novembre et Salah Abdeslam qui n’est pas le commanditaire de toute évidence", a insisté Me Vettes.

Interrogé sur un possible appel, l’avocat a indiqué qu’il ne fallait "pas réagir à chaud". "On va prendre le temps d’en discuter" avec Salah Abdeslam, a-t-il dit.

Les avocats de la défense, comme le ministère public, ont dix jours pour faire appel de la décision de la cour d’assises spéciale. "On a un délai de dix jours. On va l’exploiter", a indiqué Martin Vettes. "En dernier lieu, c’est une décision qui revient" à Salah Abdeslam, a-t-il dit.

"On est sur une grande élasticité du droit pénal qui nous a été vendue par le parquet", a estimé de son côté Olivia Ronen, autre avocate de Salah Abdeslam.

"Juridiquement, je trouve ça extrêmement compliqué, on propose de condamner une personne dont on sait qu’elle n’était pas au Bataclan comme si elle y était et donc il y a des questions qui se posent. On ne peut pas cacher une déception du fait de voir qu’il y a eu quelque chose, je pense, un peu étrange sur l’application du droit", a-t-elle dit.

"Le crime est odieux, (Salah Abdeslam) est pleinement responsable (...) Il devait être puni sévèrement mais quel que soit le crime, quel espoir la justice accepte-t-elle de laisser perdurer?", s’est interrogée de son côté Me Claire Josserand-Schmidt, avocate de 37 parties civiles.