Attentats terroristes du 13 novembre à Paris: le verdict est tombé (direct et vidéo)

Salah Abdeslam, principal accusé au procès des attentats du 13-Novembre, a été condamné mercredi soir à la réclusion criminelle à perpétuité incompressible par la cour d’assises spéciale de Paris.

La rédaction de l'Avenir (avec AFP et Belga)

Salah Abdeslam a été condamné à la réclusion criminelle à perpétuité incompressible comme l’avait requis le parquet national antiterroriste. Cette sanction rarissime rend infime toute possibilité de libération. C’est la plus lourde sanction prévue par le Code pénal français. Elle n’a été prononcée qu’à quatre reprises jusqu’à aujourd’hui.

Les avocats de Salah Abdeslam, qui a affirmé à plusieurs reprises au cours des débats avoir "renoncé" à déclencher sa ceinture explosive le soir du 13 novembre 2015, par "humanité", avaient plaidé contre cette "peine de mort lente". La cour a considéré que son gilet explosif était "défectueux", remettant "sérieusement en cause" les déclarations de l’intéressé sur son "renoncement".

18 des 19 autres accusés ont été également été reconnus coupables de tous les chefs d’accusations retenus contre eux. La qualification terroriste n’a en revanche pas été retenue contre de Farid Kharkhach.

La perpétuité pour Mohamed Abrini, «l’homme au chapeau»

Mohamed Abrini , qui était "prévu" pour faire partie des commandos, mais qui a renoncé à la dernière minute selon la cour, a été condamné à la réclusion criminelle à perpétuité assortie de 22 ans de sûreté.

Surnommé "l’homme au chapeau", à 37 ans, il a participé aux préparatifs des attentats de Paris et aussi de ceux de Bruxelles.

Il a notamment transporté les terroristes à Paris en novembre 2015. Il a également participé aux attentats de mars 2016 à Bruxelles et Zaventem.

Les peines

Oussama Krayem et Sofien Ayari ont été condamnés à 30 ans de prison avec une période de sûreté des deux tiers.

Osama Krayem et Sofien Ayari devaient commettre un attentat à l’aéroport de Schipol le 13 novembre 2015 mais celui-ci n’a pas eu lieu pour des raisons inconnues. Ils se sont cachés en Belgique après les attaques.

Krayem devait normalement se faire exploser lors des attentats de Bruxelles et Zaventem, mais il a changé d’avis. Il a finalement été arrêté en Belgique en même temps que Mohamed Abrini. Ayari a, lui, été arrêté quatre jours avant les attentats de Bruxelles, en compagnie de Salah Abdeslam. Il avait participé trois jours plus tôt à une fusillade dans la Driesstraat à Forest, où se cachait Abdeslam, il a déjà été condamné à 20 ans de prison en Belgique.

Krayem et Ayari seront également jugés à l’automne devant la cour d’assises de Bruxelles pour les attentats terroristes du 22 mars 2016 à l’aéroport de Zaventem et dans le métro de Bruxelles.

Mohamed Bakkali, considéré par le parquet national antiterroriste comme l’"homme de confiance" des logisticiens de la cellule, a lui aussi écopé de trente ans de réclusion, dont deux tiers de sûreté.

Les peines sont assez lourdes. Ils ne sortiront pas tout de suite de prison

Les peines prononcées contre les 20 accusés s’échelonnent de deux ans d’emprisonnement à la perpétuité.

La cour a globalement suivi les demandes du ministère public contre 14 hommes présents à l’audience - six autres, dont cinq hauts cadres de l’Etat islamique présumés morts en Syrie - étaient jugés par défaut.

"Les peines sont assez lourdes. Ils ne sortiront pas tout de suite de prison. On va savourer, je ressens beaucoup de soulagement. 10 mois de procès, ça aide à se reconstruire. C’est fini, ça va faire un vide", a commenté Sophie, une rescapée du Bataclan à la sortie de la salle d’audience, les larmes aux yeux.

Les 3 accusés qui comparaissaient libres et ressortiront libres affichaient sourires et soulagement. Ils étaient très entourés par des parties civiles, comme pendant une bonne partie du procès.

À suivre en direct: