Scholz: «Nous sommes encore loin» de négociations entre la Russie et l’Ukraine

« Nous sommes encore loin de négociations » de paix entre l’Ukraine et la Russie, a jugé le chancelier allemand Olaf Scholz mercredi avant les sommets européen, du G7 et de l’Otan, assurant que la responsabilité en incombait à Vladimir Poutine.

AFP
 Le chancelier allemand Olaf Scholz a appelé mercredi à mettre sur pied «un plan Marshall» pour l’Ukraine
Le chancelier allemand Olaf Scholz a appelé mercredi à mettre sur pied «un plan Marshall» pour l’Ukraine ©AFP

"La vérité, c’est que nous sommes encore loin de négociations entre l’Ukraine et la Russie parce que Poutine croit encore en la possibilité de pouvoir dicter la paix", a-t-il affirmé devant les députés allemands, invitant ses alliés à "maintenir fermement le cap" du soutien à Kiev à travers les sanctions, "des livraisons d’armes" et un soutien financier à l’Ukraine.

«Un plan Marshall» pour l’Ukraine

Le chancelier allemand Olaf Scholz a appelé mercredi à mettre sur pied "un plan Marshall" pour l’Ukraine, estimant que la reconstruction du pays coûtera des "milliards" et concernera "plusieurs générations".

"Comme l’Europe dévastée par la Deuxième Guerre mondiale, l’Ukraine a aujourd’hui besoin d’un plan Marshall pour sa reconstruction", a déclaré le dirigeant lors d’un discours devant les députés du Bundestag avant les sommets européen, du G7 et de l’Otan.

"Nous aurons besoin de plusieurs milliards d’euros et de dollars supplémentaires et ce pendant des années", a-t-il souligné alors que la question de l’aide financière à Kiev sera au coeur des discussions des alliés durant ces réunions.

"La vérité, c’est que nous sommes encore loin de négociations entre l’Ukraine et la Russie parce que Poutine croit encore en la possibilité de pouvoir dicter la paix", a-t-il jugé.

Il a en conséquence invité les Occidentaux à "maintenir fermement le cap" du soutien à Kiev à travers les sanctions, l’assistance financière et "des livraisons d’armes".

L’ampleur des destructions est énorme. Certaines choses m’ont rappelé les images des villes allemandes après la Seconde Guerre mondiale

M. Scholz s’était rendu la semaine dernière avec les dirigeants français Emmanuel Macron et italien Mario Draghi en Ukraine où ils ont apporté leur soutien au président ukrainien Volodymyr Zelensky et se sont rendus dans la ville martyre d’Irpin.

"On le voit très clairement dans les ruines des maisons d’Irpin. L’ampleur des destructions est énorme. Certaines choses m’ont rappelé les images des villes allemandes après la Seconde Guerre mondiale", a-t-il expliqué.

"Au cours des 100 derniers jours, l’UE a mobilisé des milliards de dollars pour aider l’Ukraine. L’Allemagne à elle seule a déjà contribué à hauteur d’un milliard environ à l’aide civile depuis le début de la guerre", a-t-il précisé.

La mise en place de ce nouveau "plan Marshall" ne sera "possible qu’en unissant nos forces, en collaboration avec les organisations financières internationales, avec d’autres grands pays donateurs et avec d’autres organisations internationales", a-t-il déclaré.

Volodymyr Zelensky participera en visioconférence au sommet du G7, qui s’ouvre ce week-end à Elmau, dans les Alpes bavaroises, lors duquel il fera une allocution prévue lundi.

Le plan Marshall, du nom du secrétaire d’État des États-Unis d’alors, le général George Marshall, fut un programme américain de prêts accordés aux différents États d’Europe pour aider à la reconstruction des villes et des installations bombardées lors de la Seconde Guerre mondiale.