Kaliningrad, crise alimentaire: l’UE bataille contre la «propagandedu Kremlin», selon Borrell

Le chef de la diplomatie européenne, Josep Borrell, a réfuté lundi « la propagande » du Kremlin sur le transit limité en Lituanie vers l’enclave russe de Kaliningrad, et annoncé l’envoi aux dirigeants africains d’un courrier démontant les accusations du Kremlin selon lesquelles la crise alimentaire mondiale serait due aux sanctions européennes et non à l’agression de la Russie.

Belga
 «Il y a une bataille narrative» entre l’Occident et le Kremlin et «il faut la mener».
«Il y a une bataille narrative» entre l’Occident et le Kremlin et «il faut la mener». ©AFP

C’est à la suite de commentaires et d’interpellations de dirigeants africains que le Haut représentant a envoyé ce courrier aux ministres des affaires étrangères africains, "pour expliquer le comment et le pourquoi de nos sanctions, comment elles doivent être appliquées, qui sont les acteurs concernés."

M. Borrell a toutefois reconnu que l’Europe examinait "pays africain par pays africain" si des problèmes étaient avérés çà et là. Aucune preuve en ce sens n’a encore été constatée, mais si tel devait être le cas, les problèmes seront résolus, a-t-il assuré. Il a cité l’exemple de banques, assureurs ou transporteurs qui pourraient s’interdire certaines opérations par souci d’une mise en conformité excessive aux sanctions. Les exportations de potasse du Bélarus sont également examinées, mais pour certains pays africains, "on a constaté une augmentation" de ces exportations, a-t-il dit.

Jusqu’à présent, "personne ne nous a prouvé que les sanctions (européennes) auraient un impact sur les exportations de denrées alimentaires ou d’engrais".

Accuser la Lituanie de sanctions unilatérales nationales est donc totalement faux, il s’agit d’une campagne de propagande russe.

Le même discours vaut pour le transit limité avec l’enclave russe de Kaliningrad, pour lequel le Kremlin menace la Lituanie de représailles. La Lituanie ne fait en réalité qu’appliquer les sanctions européennes en fonction des orientations fournies par la Commission, le transit entre Kaliningrad et la Russie n’a pas été interdit et le transit de passagers et de marchandises qui ne font pas l’objet de sanctions se poursuit, a affirmé l’Espagnol. L’UE, par mesure de prudence, va toutefois vérifier une nouvelle fois la légalité parfaite de ces orientations. "Accuser la Lituanie de sanctions unilatérales nationales est donc totalement faux, il s’agit d’une campagne de propagande russe".

"Il y a une bataille narrative" entre l’Occident et le Kremlin, et "il faut la mener" car le Kremlin investit beaucoup dans cette manière de rejeter ses propres fautes sur les autres, a souligné Josep Borrell.