Canicule en France: des pointes à «42°/43°C» en Aquitaine, record «absolu» à Biarritz

La vague de chaleur intense et d’une précocité inédite qui touche la majeure partie de la France a atteint un pic ce samedi avec des « pointes voisines de 42°C/43°C » dans le sud-ouest et des records absolus de température, comme à Biarritz, avant l’arrivée dimanche d’orages et de pluie par l’Ouest.

Belga

Près des trois quarts de la population du pays, soit 45 millions de personnes, sont concernés par les niveaux rouge ou orange de vigilance canicule.

Onze départements sont toujours en vigilance rouge, des Pyrénées-Atlantiques - où Météo-France a relevé 42,9°C à Biarritz, soit 2,3°C de plus que le précédent record datant de 2003 - à la Vendée. La couleur orange concerne 59 départements.

"Des pointes voisines de 42°/43°C sont mesurées localement sur le sud Aquitaine. Des records absolus de températures sont battus", explique samedi Météo-France, alors que le Pays basque notamment a eu très chaud, même sur la côte, avec 42°C relevé à Saint-Jean-de-Luz.

"Il fait en général entre 37 et 41°C sur Aquitaine, Poitou-Charentes, Centre-Val-de-Loire, ouest Bourgogne et Ile-de-France. Sur le Grand-Est, la région lyonnaise, l’Auvergne, la vallée du Rhône et une bonne partie de l’Occitanie, les températures maximales atteignent 35 à 39°C", ajoute le service météorologique.

Événements annulés

Face à cette situation exceptionnelle, des évènements festifs, sportifs et culturels ont été annulés, comme le pèlerinage des anciens combattants prévu à Lourdes (Hautes-Pyrénées) à l’occasion de l’anniversaire du 18 juin 1940. A Bordeaux, la cérémonie de commémoration de l’appel du général de Gaulle a été décalée au dimanche 19 juin.

La chaleur, combinée à la sécheresse qui frappait déjà une partie du pays après un printemps peu pluvieux, a favorisé des départs de feux, notamment de récoltes, comme vendredi dans les Deux-Sèvres et en Charente, classés en vigilance rouge.

Samedi dans l’Aveyron (sud), en vigilance orange, les pompiers luttaient contre un incendie qui a détruit 140 hectares de végétation dans la commune de Comprégnac, sans faire de victime, avec un vent défavorable et sur un terrain escarpé. Une centaine d’hectares supplémentaires pourraient être menacés.

Avec la chaleur, les concentrations d’ozone dans l’air sont en nette augmentation sur une grande partie de la France, selon Prev’Air, qui prévoit qu’elles restent élevées "dans les jours à venir".

Placées en alerte niveau 2 de pollution à l’ozone pour le week-end, le département des Bouches-du-Rhône (sud) a abaissé de 20km/h de la vitesse sur les routes. En région parisienne, la circulation différenciée a été mise en place en raison d’un épisode de pollution aux particules fines.

Les fortes chaleurs favorisent également la prolifération des cyanobactéries dans les plans d’eau, entraînant des interdictions de baignade, d’activités nautiques et de pêche, comme aux lacs de Sesquières et de la Ramée à Toulouse.

Météo-France attend des orages ponctuels sur la façade atlantique à partir de samedi soir, "prémices d’une dégradation pluvio-orageuse" prévue pour dimanche soir qui fera "régresser progressivement" la canicule. Dimanche après-midi, "les plus fortes chaleurs vont se décaler vers l’est", avec 34 à 38 degrés sur le nord-est.

Cette vague de chaleur est arrivée du Maghreb via par la péninsule ibérique, où l’Espagne fait face à d’importants incendies, dont l’un a déjà ravagé 20.000 hectares de terrain dans le nord-ouest du pays.

Pour les scientifiques, la multiplication, l’intensification et l’allongement des canicules, aggravés par les émissions de gaz à effet de serre, constituent un marqueur sans équivoque du réchauffement climatique.