«Je ne veux pas que ça se reproduise», implore une fillette rescapée de la tuerie du Texas

Une fillette qui s’est recouverte du sang de son ami pour échapper au tireur du Texas a appelé mercredi à ce que ce type de fusillades ne se « reproduise » jamais lors d’une audition devant le Congrès américain, plus que jamais sous pression pour adopter des mesures d’encadrement des armes à feu.

Belga
 Miah Cerrillo, survivor and Fourth-Grade Student at Robb Elementary School in Uvalde, Texas, testifies to The House Oversight and Reform Committee on June 8, 2022 in Washington, DC. (Photo by Jason Andrew / POOL / AFP)
Miah Cerrillo, survivor and Fourth-Grade Student at Robb Elementary School in Uvalde, Texas, testifies to The House Oversight and Reform Committee on June 8, 2022 in Washington, DC. (Photo by Jason Andrew / POOL / AFP) ©AFP

Le tireur a "tiré sur mon institutrice, il a dit ‘bonne nuit’ à mon institutrice et il lui a tiré dans la tête. Ensuite, il a tiré sur certains de mes camarades et sur le tableau", a témoigné Miah Cerrillo, 11 ans, lors d’une audition sur la régulation des armes à feu aux États-Unis.

"Quand je me suis rapprochée des sacs à dos, il a tiré sur mon ami qui était juste à côté de moi et j’ai pensé qu’il allait revenir dans la pièce", a-t-elle raconté dans des propos retransmis par vidéo.

"Donc j’ai pris un peu de sang et je me le suis étalé partout... Je suis restée silencieuse, puis j’ai attrapé le téléphone de mon institutrice et j’ai appelé (le numéro d’urgence) 911."

Miah Cerrillo a assuré qu’elle ne se sentait plus en sécurité à l’école.

"Je ne veux pas que ça se reproduise", a-t-elle imploré.

Présent lors de l’audition, son père Miguel Cerrillo a assuré que Miah n’était "plus la même petite fille avec qui il avait l’habitude de jouer".

"Les écoles ne sont plus sûres, quelque chose doit vraiment changer", a-t-il déploré, en larmes.

Le Congrès américain, qui débat d’un encadrement limité des armes à feu, a aussi entendu le témoignage de Roy Guerrero, pédiatre d’Uvalde, qui a décrit des corps d’enfants "pulvérisés, décapités, déchiquetés par les balles".

"Ce que je n’arrive pas à comprendre, c’est si nos politiciens nous laissent tomber par entêtement, par passivité ou les deux", a-t-il lancé.

"En tant que société, nous avons laissé tomber nos enfants", a dénoncé Carolyn Maloney, l’élue démocrate qui a organisé l’audition, appelant à des lois ambitieuses sur la régulation des armes à feu.

Le président américain Joe Biden avait promis pendant sa campagne d’agir contre ce fléau que les gouvernements successifs ont jusqu’à présent échoué à endiguer. Mais l’étroite majorité de son parti au Congrès ne lui permet pas d’adopter seul une telle législation.