L’imposante réplique du «dragon de la mort», une nouvelle espèce de ptérosaure

Le « Thanatosdrakon amaru » a fait l’objet d’une présentation avec une réplique grandeur nature, d’une envergure de 9 mètres. Un géant des cieux dont le nom signifie « dragon de la mort ».

T.Be.

Ce prédateur de la famille des ptérosaures régnait sur les cieux il y a 86 millions d’années. Ses ossements fossilisés ont été découverts dans les Andes, à l’ouest de l’Argentine.

Deux spécimens ont été déterrés et le plus grand des deux déployait 9 mètres d’envergure. Certains des os présentaient des caractéristiques uniques, inédites chez les ptérosaures, et ces restes sont les plus grands jamais découverts en Amérique du Sud pour un ptérosaure, peut-on lire dans un communiqué de l’université de Cuyo (UNCUYO) .

L’équipe responsable de la découverte a pu confirmer les caractéristiques uniques des restes, donnant le nom de "Thanatosdrakon amaru" à ce ptérosaure. Thanatos étant la mort personnifiée dans la mythologie grec et drakon signifiant dragon.

Ces animaux sont les plus grands vertébrés ayant jamais volé sur Terre. "Les ptérosaures (reptiles volants) étaient un groupe très particulier d’animaux qui représentent les premiers vertébrés à acquérir la capacité de voler activement. On les confond souvent avec les dinosaures, un groupe étroitement apparenté", explique Leonardo Ortiz, le chercheur qui a dirigé l’étude du spécimen.

Ces dernières années, l’équipe du laboratoire et du musée des dinosaures (FCEN-UNCUYO) a fait d’incroyables découvertes qui ont retenu l’attention des chercheurs du monde entier, comme le Notocolossus, l’un des plus grands dinosaures du monde, ou les empreintes de dinosaures exceptionnellement conservées appelées Teratopodus.

Les restes du "Thanatosdrakon amaru" ont été sauvés lors de travaux de génie civil, démontrant l’importance des actions de protection du patrimoine lors de travaux sur des sites à fort potentiel paléontologique, précise l’université.