«Après Boutcha, Borodianka, Marioupol, il ne peut plus y avoir de ‘business as usual’ avec la Russie»

Le président polonais Andrzej Duda a estimé ce dimanche que tout « business as usual » avec la Russie était désormais impossible après la découverte de massacres de civils en Ukraine, imputés aux troupes russes.

Belga
 Andrzej Duda  a rencontré Volodymyr Zelensky à Kiev.
Andrzej Duda a rencontré Volodymyr Zelensky à Kiev. ©AFP

"Après Boutcha, Borodianka, Marioupol, il ne peut plus y avoir de ‘business as usual’ avec la Russie", a-t-il déclaré lors d’un discours devant le Parlement ukrainien à Kiev, le premier d’un chef d’Etat étranger depuis le début de l’invasion russe le 24 février, plusieurs fois interrompu par des ovations debout.

Des centaines de cadavres de civils ont été découverts à Boutcha et Borodianka, des villes près de Kiev occupées puis abandonnées par l’armée russe.

La ville de Marioupol, dans le sud-est de l’Ukraine, n’est plus que ruines après trois mois de siège et de bombardements incessants qui ont tué au moins 20.000 civils, selon les autorités ukrainiennes.

"Un monde honnête ne peut pas revenir à l’ordre du jour en oubliant les crimes, l’agression, les droits fondamentaux piétinés", a ajouté le président polonais, en présence également de son homologue ukrainien Volodymyr Zelensky.

Affirmant qu’il ne relâcherait pas ses efforts "tant que l’Ukraine n’est pas membre de l’Union européenne" (UE), il a regretté que "des voix se soient élevées récemment en Europe pour demander que l’Ukraine accepte certaines demandes de Poutine".

"Si pour leur propre tranquillité, intérêts économiques ou ambitions politiques", les pays occidentaux "sacrifient l’Ukraine, ne serait-ce qu’un centimètre de son territoire ou un pan de sa souveraineté, cela portera un grand coup au peuple ukrainien, mais aussi à toute la communauté occidentale", a prévenu M. Duda.

"Seule l’Ukraine a le droit de décider de son futur (...) Il ne peut y avoir de négociations ou de décision prise dans le dos de l’Ukraine. Rien sur vous sans vous. Absolument! C’est une règle inflexible. Il faut y adhérer", a-t-il martelé.

"Je vous remercie de défendre l’Europe devant l’invasion des barbares et le nouvel impérialisme russe", a-t-il dit, estimant que "la Russie n’avait atteint aucun de ses objectifs stratégiques" en Ukraine.

Le président ukrainien a pour sa part salué devant les députés "un moment historique", "une union historique entre les peuples ukrainiens et polonais".

"La Pologne joue un rôle important dans notre futur, dans notre futur commun au sein de l’Union européenne", a-t-il affirmé. Si l’Ukraine devient membre de l’UE, "ce sera grâce à la Pologne".

Un accord bilatéral allégeant les contrôles douaniers à la frontière entre les deux pays sera signé "dans un futur proche", a-t-il également annoncé.

Sur Instagram, Zelensky a également posté plusieurs photos de la visite de son homologue polonais, dont une où les deux dirigeants partagent un air complice. "Je remercie Andrzej Duda pour sa visite, son soutien et sa véritable amitié!", a-t-il écrit.