Débat de l’élection présidentielle française: «Vous dépendez du pouvoir russe», lance Macron à Le Pen

Lors du débat télévisé de l’entre-deux-tours de l’élection présidentielle française, Emmanuel Macron et Marine Le Pen se sont un peu écharpés sur le dossier de la guerre en Ukraine. « Vous dépendez de Poutine et du pouvoir russe », lance Macron. « C’est malhonnête », lui répond Le Pen.

La Rédaction de L'Avenir

Ce mercredi 20 avril, c’est le débat télévisé entre les deux candidats du second tour à l’élection présidentielle française. Passage obligé depuis 1974, la candidate du Rassemblement national Marine Le Pen et le président-candidat de la République en Marche Emmanuel Macron confrontent leurs idées politiques, sous l’arbitrage de Gilles Bouleau et Léa Salamé.

+ DIRECT | Suivez les moments forts du débat Macron - Le Pen

Lors de ce débat, les candidats sont revenus sur la guerre en Ukraine. Un dossier sur lequel les premières passes d’armes ont été effectuées. Emmanuel Macron a accusé mercredi Marine Le Pen de "dépendre du pouvoir russe" et "de M. Poutine" pour avoir "contracté un prêt auprès d’une banque russe", au cours du débat avant le second tour de la présidentielle.

"Vous parlez à votre banquier quand vous parlez de la Russie, c’est ça le problème madame Le Pen", a déclaré le président candidat au cours d’un échange tendu consacré à la guerre en Ukraine.

"Monsieur Macron, c’est faux et c’est assez malhonnête", a réagi Le Pen. "Je suis une femme absolument et totalement libre".

Le candidat a estimé que ce n’était "pas un hasard si, il y a 5 ans, la Russie était intervenue dans la campagne" de la présidentielle à son détriment. "Vous avez toujours été ambigüe sur le sujet parce que vous n’êtes pas dans une situation de puissance à puissance, que vous ne pouvez pas défendre correctement sur ce sujet les intérêts de la France parce que vos intérêts sont liés à des gens proches du pouvoir russe", a-t-il ajouté en s’adressant à son adversaire pour le second tour de dimanche.

La candidate avait été reçue en grande pompe par Vladimir Poutine pendant la campagne de 2017 et son parti continue de rembourser un prêt de 9 millions d’euros auprès d’un créancier lié à d’anciens militaires russes.

"C’est long à rembourser et nous remboursons sous le contrôle de la Commission nationale des comptes de campagne", qui "est extrêmement sévère et rigoureuse", a précisé Le Pen.

M. Macron l’a également critiquée pour avoir été "l’une des premières responsables politiques européennes, dès 2014, à reconnaître le résultat de l’annexion de la Crimée" par la Russie.

"La Crimée n’a pas dû vous poser énormément de problèmes non plus puisque vous avez reçu monsieur Poutine en grande pompe à Versailles" puis "à Brégançon sur votre lieu de vacances", a répondu Mme Le Pen.

Et Emmanuel Macron de répondre: "j’ai reçu Mr Poutine comme un chef d’état mais pas comme un banquier Mme Le Pen".

+ LIRE AUSSI | Ces phrases chocs qui ont marqué les débats présidentiels en France