Poutine «porte la responsabilité» des «crimes de guerre» en Ukraine, assure Scholz

Le chancelier allemand Olaf Scholz a déclaré mardi que le président russe Vladimir Poutine portait la responsabilité des « crimes de guerre » en Ukraine qui ont fait des milliers de morts parmi la population civile.

Olaf Scholz
Olaf Scholz ©AFP
Belga

"L’invasion russe de l’Ukraine est une rupture éclatante du droit international" et la mort de milliers de civils sont "des crimes de guerre dont le président russe porte la responsabilité", a estimé le chancelier lors d’une conférence de presse à Berlin, à l’issue d’une visioconférence avec notamment le président américain Joe Biden et plusieurs homologues européens.

"Nous ressentons une immense douleur pour les victimes et aussi une grande rage envers le président russe et cette guerre insensée", a-t-il ajouté.

Lors de leur réunion, les dirigeants ont réaffirmé leur "complète solidarité et leur soutien" à l’Ukraine.

Le chancelier allemand a souligné qu’il était aussi de leur devoir "d’empêcher une extension de la guerre à d’autres pays" et réitéré que l’Otan n’allait pas "intervenir directement dans la guerre".

Le social-démocrate Olaf Scholz est très critiqué en Allemagne, y compris au sein de son gouvernement de coalition avec les Verts et les Libéraux, pour sa réticence supposée à livrer des armes lourdes que lui réclame l’Ukraine. Berlin a jusqu’ici livré des armes défensives à Kiev.

Interrogé au sujet d’armes lourdes, comme des chars de combat, le chancelier est resté évasif, réitérant que l’Allemagne n’avait pas l’intention de "faire cavalier seul" et martelant que ces décisions étaient prises en étroite concertation avec les alliés.

L’armée allemande, la Bundeswehr, ne dispose plus de beaucoup d’armes en stock qu’elle pourrait livrer à l’Ukraine, a-t-il assuré. Le gouvernement et les industries de Défense travaillent donc actuellement à l’élaboration d’une liste de matériel militaire qu’ils pourraient fournir à l’Ukraine, a-t-il ajouté, sans détailler de quel type d’armes il s’agissait.

Le gouvernement allemand avait annoncé vendredi vouloir débloquer plus d’un milliard d’euros d’aide militaire en faveur de l’Ukraine, là encore sans dire à quoi servirait l’argent et sous quel délai cette rallonge budgétaire serait débloquée.

L’Allemagne cherche par ce biais à répondre aux critiques croissantes en provenance des autorités ukrainiennes, mais aussi de certains de ses partenaires de l’UE comme la Pologne ou les États baltes, sur son manque apparent de soutien en matière d’armement à Kiev.