L’Ukraine réclame davantage d’armes à l’OTAN

« Plus nous recevrons d’armes, au plus de vies humaines seront sauvées », a souligné le chef de la diplomatie ukrainienne.

Belga

Le chef de la diplomatie ukrainienne, Dmytro Kouleba, a demandé aux membres de l’OTAN de fournir davantage d’armes à son pays pour combattre les forces russes, lors de son arrivée à la rencontre des ministres des Affaires étrangères de l’Alliance qui a lieu au quartier général de l’Alliance à Bruxelles.

"Je viens demander trois choses: des armes, des armes et des armes. Plus rapidement elles seront livrées, plus de vies seront sauvées et de destructions évitées", a plaidé le ministre ukrainien des Affaires étrangères à son arrivée au siège de l’OTAN, à Bruxelles, pour une réunion avec ses homologues des pays de l’Alliance atlantique.

"Je demande à tous les Alliés de mettre de côté leurs hésitations à fournir à l’Ukraine tout ce dont elle a besoin. Parce que, aussi bizarre que cela puisse paraître, aujourd’hui les armes serviront à la paix", a indiqué M. Kouleba.

De son côté, le secrétaire général de l’OTAN, Jens Stoltenberg, a répété, en recevant M. Kouleba, tout le soutien de l’OTAN à son pays. "Ce que vous faites chaque jour, en vous dressant contre l’agression russe, inspire le monde entier", a-t-il indiqué.

Le chef de l’OTAN a souligné l’importance de continuer à soutenir l’Ukraine. "Lors de la réunion que nous tiendrons plus tard avec les ministres des Affaires étrangères de l’OTAN, je suis certain que nous aborderons la question de la nécessité de fournir davantage de systèmes de défense aérienne, d’armes antichars, d’armes plus légères, mais aussi plus lourdes, et de nombreux autres types de soutien à l’Ukraine", a-t-il déclaré.

Les ministres des Affaires étrangères de l’OTAN vont aborder l’élaboration du prochain concept stratégique de l’Alliance. Il s’agirait d’une feuille de route pour l’adaptation de l’Alliance. Les ministres des Affaires étrangères de l’Ukraine, de la Finlande, de la Suède et de la Géorgie participent aujourd’hui à la rencontre ministérielle de l’OTAN, ainsi que le haut représentant de l’Union européenne (UE).

Les partenaires de l’OTAN dans la région Asie-Pacifique – Australie, Japon, Nouvelle-Zélande et République de Corée – y participent également.