Guerre en Ukraine: ce qu’il faut retenir de ce lundi 28 mars 2022

Situation sur le terrain, réactions internationales, sanctions: on fait le point sur l’invasion de l’Ukraine par la Russie ce lundi 28 mars 2022.

Guerre en Ukraine: ce qu’il faut retenir de ce lundi 28 mars 2022
Une photo prise à Kiev. ©Photo News

1.Situation «catastrophique» à Marioupol

Dans la ville assiégée et bombardée depuis des semaines, "la population se bat pour survivre. La situation humanitaire est catastrophique", a affirmé dans la nuit de dimanche à lundi le ministère ukrainien des Affaires étrangères sur son compte Twitter.

Le président ukrainien Volodymyr Zelensky a dénoncé un blocus total de cette ville où plus de 2.000 civils ont été tués, d’après un récent bilan communiqué par la mairie.

Le président français Emmanuel Macron a déclaré dimanche qu’il parlerait à son homologue russe Vladimir Poutine lundi ou mardi pour organiser une opération d’évacuation de la ville.

2.Combats acharnés autour de Kiev

De nouveaux combats se déroulent lundi dans plusieurs localités autour de Kiev, notamment à Stoyanka, à la lisière ouest de la capitale.

"L’ennemi tente d’effectuer une percée autour de Kiev et de bloquer les routes", a affirmé Ganna Malyar, vice-ministre de la Défense.

Deux lignes à haute tension ont été endommagées dans les combats, privant d’électricité 82.000 habitants de la rive droite de la capitale.

En périphérie est de Kharkiv, deuxième ville du pays, les forces ukrainiennes ont repris le contrôle d’un village, a constaté lundi un journaliste de l’AFP.

"Nos renseignements ont fait état de possibles provocations de la part des occupants sur les itinéraires des couloirs humanitaires. Par conséquent, pour des raisons de sécurité pour les civils, aucun couloir humanitaire ne sera ouvert aujourd'hui", a écrit la vice-Première ministre Iryna Verechtchouk sur Telegram.

3.L’invasion de l’Ukraine par la Russie inquiète 90% des Belges

Moins d'un répondant sur dix assure "ne pas avoir peur" du conflit qui ravage le pays voisin de la Pologne. Autrement dit, 90% des Belges sont "au moins un peu stressés". Dans le détail, une large majorité de la population dit avoir " assez peur " ou " très peur ". Les femmes et les personnes âgées sont statistiquement plus inquiètes que le reste de la population.

4.Heineken et Carlsberg se retirent de Russie

Le brasseur néerlandais Heineken et le Danois Carlsberg ont annoncé lundi qu’ils quitteraient la Russie, où ils comptent, respectivement, 1.800 et 8.400 employés.

"La propriété de Heineken dans l'entreprise en Russie n'est plus durable ni viable dans l'environnement actuel. En conséquence, nous avons décidé de quitter la Russie", a-t-il déclaré dans un communiqué lundi.

"Nous avons pris la décision difficile et immédiate de viser une vente complète de nos activités en Russie, ce que nous pensons être la chose à faire dans le contexte actuel. Une fois finalisée, nous n’aurons plus de présence en Russie", a expliqué Carlsberg.

5.Le prix européen du gaz sous les 100 euros

Le prix européen du gaz est descendu lundi sous la barre des 100 euros le mégawattheure. De plus en plus de pays de l'UE travaillent à des plans pour importer plus de GNL (gaz naturel liquéfié).

6.Incendies à Tchernobyl

De nouveaux incendies se sont déclarés dans la zone de la centrale nucléaire de Tchernobyl, occupée par les forces russes, selon les autorités ukrainiennes qui ont demandé la "démilitarisation" du secteur sous l’égide de l’ONU.

7.Nouveau round de négociations

Les négociateurs russes et ukrainiens doivent arriver lundi à Istanbul pour une nouvelle session de pourparlers visant à tenter d’arrêter un conflit qui a causé plus de 500 milliards d’euros de pertes économiques à l’Ukraine, dont 108,5 milliards de dommages aux infrastructures, selon la ministre de l’Économie ukrainienne, Ioulia Sviridenko.

Un des points importants des négociations, qui devraient débuter mardi, porte sur "les garanties de sécurité et la neutralité, le statut dénucléarisé de notre Etat", a déclaré dimanche le président Zelensky à des médias russes.

Ce point "est étudié en profondeur", a-t-il affirmé. Mais il nécessitera un référendum et des garanties de sécurité, a-t-il prévenu, accusant Vladimir Poutine et son entourage de faire "traîner les choses".

8.Restriction russe envers les pays «inamicaux»

Le chef de la diplomatie russe Sergueï Lavrov a annoncé lundi qu'un décret était en préparation pour limiter l'accès au territoire russe aux ressortissants de pays auteurs d'actes " inamicaux ", en pleine vague de sanctions contre Moscou depuis son offensive en Ukraine.

9.«Preuves» d’armes interdites dans le sud

L'Ukraine a des "preuves" de l'utilisation par les forces russes de bombes à sous-munitions, desarmes interditespar les conventions internationales, dans deux régions du sud de son territoire, a assuré lundi la procureure générale ukrainienne Iryna Venediktova.

10.Possible tentative d’empoisonnement contre Abramovitch

L'oligarque russe Roman Abramovitch, qui tente de jouer les médiateurs entre Moscou et Kiev ainsi que deux négociateurs ukrainiens ont souffert de symptômes qui font penser à un possible "empoisonnement", a rapporté lundi le Wall Street Journal.

Ces symptômes se sont ensuite améliorés "et leurs vies ne sont pas en danger", écrit le journal américain citant des "personnes au courant de cette situation".