Guerre en Ukraine: "Nous ne sommes pas en guerre contre la Russie", souligne Macron

Emmanuel Macron a affirmé mercredi que Vladimir Poutine était "seul" à avoir choisi la guerre contre l’Ukraine et a réclamé "des décisions historiques"pour rendre la France et l’Europe "plus indépendantes", en particulier pour assurer leur défense.

L’Europe "doit accepter de payer le prix de la paix, de la liberté, de la démocratie" et "investir davantage pour moins dépendre des autres continents", a-t-il demandé dans une allocution télévisée. Pour cela, il a promis que des décisions fortes seraient prises par les 27 lors du sommet de l’UE à Versailles les 10 et 11 mars.

"Je défendrai une stratégie d’indépendance énergétique européenne", a-t-il détaillé, car "nous ne pouvons plus dépendre des autres et notamment du gaz russe pour nous déplacer nous chauffer, faire fonctionner nos usines".

La France "prendra sa part" pour accueillir les réfugiés ukrainien, a-t-il promis, notamment "en accueillant les enfants forcés à l’exil, séparés de leur père resté combattre".

1.«Pas en guerre contre la Russie»

"La Russie n’est pas agressée, elle est l’agresseur", "cette guerre n’est pas un conflit entre l’Otan et la Russie" et "encore moins une lutte contre le nazisme, c’est un mensonge", a-t-il estime.

Mais "nous ne sommes pas en guerre contre la Russie", a-t-il lancé, se disant "aux côtés de tous les Russes qui refusent qu’une guerre indigne soit menée en leur nom".

2.Une guerre «nourrie d’une lecture révisionniste de l’Histoire»

Le président français Emmanuel Macron a dénoncé l’invasion de l’Ukraine par la Russie comme une guerre "nourrie d’une lecture révisionniste de l’Histoire de l’Europe"."La Russie n’est pas agressée, elle est l’agresseur", "cette guerre n’est pas un conflit entre l’Otan et la Russie" et "encore moins une lutte contre le nazisme, c’est un mensonge".

3.Rester en contact avec Poutine pour qu’il «renonce aux armes»

Il a aussi affirmé mercredi sa volonté de "rester en contact" avec le président russe Vladimir Poutine afin de "le convaincre de renoncer aux armes" dans l’invasion de l’Ukraine.

"J’ai choisi de rester en contact, autant que je le peux et autant que c’est nécessaire, avec le président Poutine pour chercher sans relâche à le convaincre de renoncer aux armes" et "pour prévenir la contagion et l’élargissement du conflit autant que nous le pouvons".

4.La France investira dans sa défense

En outre "notre défense européenne doit franchir une nouvelle étape" pour ne plus dépendre d’autres pour se défendre, estime-t-il.

La France, elle, "amplifiera l’investissement dans sa défense, décidé dès 2017" et poursuivra sa stratégie d’indépendance économique", a-t-il affirmé.

"A ce retour brutal du tragique dans l’histoire, nous nous devons de répondre par des décisions historiques", a estimé le chef de l’Etat. "Nous ne pouvons pas dépendre des autres pour nous défendre".

5.Sa candidature?

Sans évoquer sa déclaration de candidature, il a brièvement souligné que "cette guerre vient aussi percuter notre vie démocratique et la campagne électorale qui s’ouvre officiellement à la fin de cette semaine", mais "qui ne nous empêchera pas de nous réunir sur l’essentiel", a-t-il dit.

© 2022 AFP. Tous droits de reproduction et de représentation réservés. Toutes les informations reproduites dans cette rubrique (dépêches, photos, logos) sont protégées par des droits de propriété intellectuelle détenus par l'AFP. Par conséquent, aucune de ces informations ne peut être reproduite, modifiée, rediffusée, traduite, exploitée commercialement ou réutilisée de quelque manière que ce soit sans l'accord préalable écrit de l'AFP.