Présidentielle française: les candidats inquiets des conséquences de la guerre en Ukraine

Regain d’inflation, secteurs destabilisés: les conséquences économiques de la guerre en Ukraine inquiètent les candidats à la présidentielle, Emmanuel Macron promettant ce samedi d’en protéger les Français et de bâtir un "plan de résilience" agricole.

Gaëlle GEOFFROY
Présidentielle française: les candidats inquiets des conséquences de la guerre en Ukraine

Après une rapide visite au Salon de l’Agriculture en tout début de journée, le président sortant a regagné l’Elysée d’où il présidera à 17h00 un conseil de défense "sur la situation en Ukraine", alors que les armées russe et ukrainienne s’affrontent dans Kiev.

Selon l’Elysée, le chef de l’Etat s’est entretenu ce samedi matin par téléphone avec le président ukrainien Volodymyr Zelensky pour "prendre des nouvelles". Zelensky "lui a dit qu’ils avaient tenu Kiev".

Le conflit " durera " et " il faut nous y préparer ", a ensuite mis en garde Emmanuel Macron devant des responsables agricoles au Salon de l'Agriculture, peu de temps avant l'arrivée du Premier ministre Jean Castex.

Le chef de l’Etat, qui a dû encore repousser sa déclaration de candidature à la présidentielle du fait du contexte international, a passé un "message de protection", dixit le ministre de l’Agriculture Julien Denormandie: il faudra "accompagner" les agriculteurs "en termes de revenus", et les Français "sur les impacts en termes de coûts immanquablement", a souligné Macron.

La situation est des plus incertaines, alors qu’avant même l’invasion de l’Ukraine par la Russie, l’accélération de l’inflation avait déjà mis le pouvoir d’achat au premier rang des préoccupations des Français dans cette campagne présidentielle, poussant les candidats à multiplier les propositions en faveur de hausses de salaires, baisses de charges ou économies d’énergie pour réduire la facture.

Or, le début du conflit s’est traduit immédiatement par un bond des cours mondiaux du pétrole, du gaz et de certaines matières premières dont le blé, et les acteurs économiques, professionnels de l’alimentation en tête, craignent désormais que Moscou n’instaure des mesures de rétorsion aux sanctions occidentales.

Cela avait déjà été le cas en 2014, lorsque la Russie avait répondu aux mesures sanctionnant son invasion de la Crimée par un embargo alimentaire sur les produits occidentaux.

«Mauvaise blague»

Emmanuel Macron a prédit ce samedi "de manière certaine des conséquences dans nos exportations pour les grandes filières" du vin, des céréales et de l’alimentation du bétail.

Ainsi le gouvernement travaille-t-il à un "plan de résilience" pour "sécuriser pour nos filières nos intrants", "bâtir des boucliers en termes de coûts" et "apporter des réponses dans la durée", a annoncé le président-quasi candidat, en insistant sur "l’importance de la souveraineté agricole et alimentaire" de la France.

 «Les conséquences, on pouvait pas y réfléchir avant?», a déploré Jean-Luc Mélenchon.

Ire immédiate du candidat LFI Jean-Luc Mélenchon, mis sur la défensive pour des positions jugées pro-russes. "Les conséquences, on pouvait pas y réfléchir avant?", a-t-il interrogé depuis l’île de La Réunion, accusant Emmanuel Macron de s’être "mis en scène en train de réfléchir profondément et de téléphoner" tandis que Vladimir Poutine "le baladait". "Et maintenant il veut nous expliquer comment on doit faire en matière d’agriculture? C’est une mauvaise blague!", a-t-il lancé.

Egalement épinglée pour des déclarations pro-russes difficiles à assumer en ces temps de guerre, la candidate du RN Marine Le Pen est plus à l’aise lorsqu’il s’agit d’alerter sur les conséquences potentiellement "terrifiantes" sur le pouvoir d’achat des Français des sanctions occidentales contre la Russie.

"Les sanctions en elles-mêmes seront inefficaces" et "toucheront" les "intérêts" français, a abondé son rival d’extrême droite Eric Zemmour vendredi lors d’un meeting à Chambéry (Savoie).

Machines et cosmétiques

 Valérie Pécresse dit craindre les «rétorsions russes sur les produits alimentaires français».

À droite, la candidate LR Valérie Pécresse craint aussi les "rétorsions russes sur les produits alimentaires français", et a plaidé vendredi pour définir "au niveau de l’Union européenne les productions stratégiques en Europe".

Le président du groupe LR à l’Assemblée nationale Damien Abad a précisé samedi sur France 2: il faut "des dispositifs d’aide sectorielle d’urgence" pour "la machinerie agricole et industrielle, les transports, les cosmétiques, l’aéronautique". Mais aussi "couper" l’accès de la Russie au réseau interbancaire mondial Swift, a-t-il exhorté.

La campagne, qui avait du mal à décoller, asphyxiée par la crise sanitaire, et en l’absence dans l’arène du président sortant, est plus que jamais chamboulée par la guerre en Ukraine.

Valérie Pécresse a maintenu un déplacement en Normandie, tout en reconnaissant que cela pouvait paraître "décalé" eu égard au contexte international. Et pour Jean-Luc Mélenchon depuis La Réunion, "en démocratie, on s’arrête pas parce que la Russie a envahi l’Ukraine".

Mais l’écologiste Yannick Jadot a annulé un déplacement à Clermont-Ferrand, la socialiste Anne Hidalgo transforme son meeting de samedi soir à Bordeaux en événement en soutien au peuple ukrainien, et le communiste Fabien Roussel ajoute à son agenda un rassemblementde soutien à l’Ukraine, à Lille samedi à la mi-journée.

© 2022 AFP. Tous droits de reproduction et de représentation réservés. Toutes les informations reproduites dans cette rubrique (dépêches, photos, logos) sont protégées par des droits de propriété intellectuelle détenus par l'AFP. Par conséquent, aucune de ces informations ne peut être reproduite, modifiée, rediffusée, traduite, exploitée commercialement ou réutilisée de quelque manière que ce soit sans l'accord préalable écrit de l'AFP.