Radio d’une rescapée du Bataclan aux enchères: une enquête ouverte

Attentats de Paris: une enquête a été ouverte à Paris après la tentative par un chirurgien de vendre aux enchères une radio d’une rescapée du Bataclan.

Radio d’une rescapée du Bataclan aux enchères: une enquête ouverte

Une enquête pour "violation du secret professionnel" a été ouverte à Paris après la tentative par un chirurgien de vendre aux enchères une radio d’une rescapée du Bataclan, a indiqué le parquet de Paris ce mardi à l’AFP.

"Les investigations ont été confiées à la BRDP", la Brigade de répression de la délinquance aux personnes, a précisé cette source.

Selon Mediapart, ce chirurgien orthopédiste réputé, Emmanuel Masmejean, a mis aux enchères sur OpenSea, un site spécialisé dans la vente d’objets numériques NFT, la radiographie d’une rescapée du Bataclan qu’il avait opérée, sur laquelle on voit un avant-bras transpercé par une balle de kalachnikov.

Le patron de l’AP-HP Martin Hirsch avait aussitôt annoncé que les hôpitaux de Paris saisiraient la justice, dénonçant un "acte scandaleux".

Selon Mediapart, la radio était mise en vente pour la somme de 2.776 dollars (2.463 euros).

La rescapée du Bataclan est "extrêmement choquée" par la "démarche mercantile" et le "mépris" du médecin, a fait savoir lundi son avocate dans un communiqué.

C’est "une erreur grossière que je regrette amèrement", a de son côté indiqué le même jour le médecin sur son compte Twitter. "Je me rends compte que je me suis totalement égaré dans une démarche inepte et déplacée qui a légitimement offensé ceux que j’avais eu l’honneur de soigner: les victimes d’attentats", a-t-il ajouté.

Le médecin précise qu’il a détruit "l’oeuvre en question" et assuré qu’il n’en avait "retiré aucun profit".

Ouvert en septembre, le procès des attentats djihadistes qui ont fait 130 morts à Paris et Saint-Denis le 13 novembre 2015 doit se prolonger jusqu’en mai.

© 2022 Belga. Tous droits de reproduction et de représentation réservés. Toutes les informations reproduites dans cette rubrique (dépêches, photos, logos) sont protégées par des droits de propriété intellectuelle détenus par Belga. Par conséquent, aucune de ces informations ne peut être reproduite, modifiée, rediffusée, traduite, exploitée commercialement ou réutilisée de quelque manière que ce soit sans l'accord préalable écrit de Belga.