Ne croyant pas au Covid, un antivax enlève son masque à oxygène et meurt: "Un déni de la maladie"

Un antivax italien, qui a retiré son masque à oxygène en insistant sur le fait qu’il n’avait pas le Covid-19, est finalement décédé du coronavirus dans un hôpital au sud de Rome.

Fl.G.
Ne croyant pas au Covid, un antivax enlève son masque à oxygène et meurt: "Un déni de la maladie"
Illustration ©StudioLaMagica - stock.adobe.com

Luigi Cossellu aura nié l’existence du Covid-19 jusqu’au bout, même si cela lui a finalement coûté la vie. Âgé de 28 ans, cet Italien avait été admis à l’hôpital de Terracina, au sud de Rome, pour une infection au coronavirus le 16 janvier dernier.

Un comble pour celui qui a toujours refusé de se faire vacciner et qui estimait que le Covid n’était qu’un gros mensonge.

Les médecins lui ont diagnostiqué une insuffisance respiratoire aiguë et il a été transféré dans une unité de soins intensifs. Mais au moment où le personnel soignant lui a posé un masque à oxygène, le jeune homme l’a arraché par défi, affirmant qu’il n’avait pas contracté le virus.

Après avoir remis le masque à contrecoeur face à l’insistance des infirmiers, son état a malgré tout empiré et il est décédé cinq jours plus tard.

Son père également hospitalisé pour les mêmes raisons

Également contaminé et tout aussi opposé au vaccin que son fils, le père de Luigi se trouve dans le même hôpital et a été intubé.

Quand les patients non vaccinés arrivent à l’hôpital, ils n’en sont jamais à leurs premiers symptômes.

Pour la directrice générale de l’hôpital Silvia Cavalli, il ne s’agit malheureusement pas d’un cas isolé. Selon elle, des malades arrivent fréquemment à l’hôpital alors qu’ils ont déjà contracté de graves symptômes. "Quand les patients non vaccinés arrivent à l’hôpital, ils n’en sont jamais à leurs premiers symptômes. Il y a un déni de la maladie", explique-t-elle au Corriere della Sera.

Le Premier ministre italien Mario Draghi a récemment affirmé que deux tiers des lits dans les unités de soins intensifs sont occupés par des patients non vaccinés, rappelle le quotidien gratuit Metro. Au total, quelque 75% de la population italienne sont entièrement vaccinés. Un chiffre qui atteint les 90% si l’on prend uniquement en compte les adultes.