Face à Jean-Jacques Bourdin, soupçonné d’agression sexuelle, Valérie Pécresse tacle "la loi du silence"

Invitée hier mardi soir sur BFMTV lors de la nouvelle émission de Jean-Jacques Bourdin, Valérie Pécresse a vilipendé "la loi du silence" sur les violences faites aux femmes.

Curieuse ambiance hier soir sur le plateau de "La France dans les yeux". Face à Jean-Jacques Bourdin pour parler de son programme en vue des élections présidentielles, la candidate des Républicains a lancé la nouvelle émission de BFMTV en revenant sur les accusations d'agression sexuelle qui vise le journaliste.

Soulignant d’entrée de jeu qu’elle s’était "clairement posé la question" de sa participation à l’émission, Valérie Pécresse a souligné son "respect" de la présomption d’innocence "à laquelle chacun de nos compatriotes a le droit".

Mais "très clairement ces accusations, si elles sont avérées, sont graves" et doivent faire l’objet de condamnations, a ajouté la candidate pour qui "trop longtemps, la société a regardé ailleurs".

Mais "la loi du silence c'est fini", a ajouté Valérie Pécresse qui a promis que, présidente, elle soutiendrait les femmes "pour que la parole se libère" face à ces violences.

Visiblement ému, Jean-Jacques Bourdin a assuré qu’il n’allait "pas (s)’exprimer à ce sujet". "Mais je conteste les faits rapportés par la presse et je laisse la justice faire son travail", a ajouté le journaliste, qui a ensuite peiné à reprendre la main.

© 2022 AFP. Tous droits de reproduction et de représentation réservés. Toutes les informations reproduites dans cette rubrique (dépêches, photos, logos) sont protégées par des droits de propriété intellectuelle détenus par l'AFP. Par conséquent, aucune de ces informations ne peut être reproduite, modifiée, rediffusée, traduite, exploitée commercialement ou réutilisée de quelque manière que ce soit sans l'accord préalable écrit de l'AFP.