Émeutes au Kazakhstan: policiers tués, magasins pillés, le président sera "ferme" (photos)

Le président du Kazakhstan a promis mercredi une réponse "ferme" aux manifestations qui secouent l’ex-république soviétique d’Asie centrale, faisant état "d’attaques massives" contre les forces de l’ordre qui ont fait des morts et des blessés.

Abduaziz MADYAROV

L’internet et les téléphones portables étaient bloqués mercredi dans le pays, où la foule a pris d’assaut des bâtiments gouvernementaux à Almaty.

Ces troubles ont mené à "des attaques massives contre les forces de l’ordre" et celles-ci ont dans leurs rangs des morts et des blessés, a déclaré le président Kassym-Jomart Tokaïev à la télévision kazakh.

"Des groupes d’éléments criminels battent nos soldats, les humilient, les traînant nus dans les rues, agressent les femmes, pillent les magasins", a-t-il décrit.

"En tant que chef de l’État et à partir d’aujourd’hui président du Conseil de sécurité, j’ai l’intention d’agir de la manière la plus ferme possible", a-t-il encore dit.

Le mouvement de colère, qui avait éclaté dimanche dans une ville de province après une hausse des prix du gaz, s’est étendu à Almaty, capitale économique et plus grande ville du pays, dans la nuit de mardi à mercredi.

En tant que chef de l’État et à partir d’aujourd’hui président du Conseil de sécurité, j’ai l’intention d’agir de la manière la plus ferme possible

Près de 5.000 personnes y ont été dispersées par la police à coup de grenades assourdissantes et de gaz lacrymogène, selon des journalistes de l’AFP. "Gouvernement démission!" et "Le vieillard dehors!", scandaient les manifestants en référence à l’ancien président Noursoultan Nazarbaïev, resté dans l’ombre du pouvoir depuis qu’il a quitté la présidence en 2019.

Mercredi après-midi, un groupe de plusieurs milliers de manifestants a pris d’assaut le bâtiment de l’administration de la ville, parvenant à pénétrer à l’intérieur malgré les tirs de grenades et de gaz de la police, selon un journaliste de l’AFP.

Le vieillard dehors!

 Noursoultan Nazarbaïev.

Des hommes en uniforme de police ont été aperçus déposant leurs boucliers et leurs casques pour embrasser les protestataires. "Ils passent de notre côté!", a lancé une femme en enlaçant un autre manifestant.

Dans un effort pour juguler la crise, le président Tokaïev a limogé le gouvernement et décrété l’état d’urgence dans plusieurs régions dont Almaty et la capitale, Nur-Sultan, récemment rebaptisée ainsi en l’honneur de Nazarbaïev.

Un couvre-feu y sera en vigueur de 23H00 à 07H00.

Internet coupé

Les manifestations de protestation sont rares au Kazakhstan, pays autoritaire où les rassemblements doivent recevoir l’autorisation préalable des autorités.

Mercredi, le pays connaissait une "panne d’internet à l’échelle nationale", a annoncé sur Twitter le groupe spécialisé dans la surveillance du web NetBlocks.

Cette panne "est susceptible de limiter sévèrement la couverture des manifestations antigouvernementales qui s’intensifient", a ajouté l’ONG.

Les correspondants de l’AFP étaient injoignables mercredi soir. Auparavant, ils avaient signalé que les connexions internet étaient intermittentes et que les applications de messagerie Telegram, Signal et WhatsApp étaient toutes indisponibles, tandis que les sites de deux médias indépendants semblaient bloqués.

 Le mouvement de colère a débuté dimanche après une hausse des prix du gaz naturel liquéfié (GNL), dans la ville de Janaozen, dans l’ouest du pays, avant de s’étendre à la grande ville régionale d’Aktau, sur les bords de la mer Caspienne, puis à Almaty.

200 personnes arrêtées

Après les manifestations de la nuit, le ministère de l’Intérieur a fait état de l’arrestation de plus de 200 protestataires, accusés d’avoir "violé l’ordre public" en bloquant les routes et en attaquant des véhicules.

La Russie, pour laquelle le Kazakhstan revêt une importante cruciale en tant que partenaire économique, a appelé mercredi à résoudre la crise par "le dialogue" et non par "des émeutes de rue".

Crise du gaz

Le mouvement de colère a débuté dimanche après une hausse des prix du gaz naturel liquéfié (GNL), dans la ville de Janaozen, dans l’ouest du pays, avant de s’étendre à la grande ville régionale d’Aktau, sur les bords de la mer Caspienne, puis à Almaty.

Le gouvernement avait dans un premier temps tenté de calmer, sans succès, les protestataires en concédant une réduction du prix du GNL, le fixant à 50 tenges (0,1 euro) le litre dans la région, contre 120 au début de l’année.

La hausse des prix du gaz est perçue par la population comme injuste au vu des vastes ressources gazières et pétrolières du Kazakhstan.

La télévision a par ailleurs rapporté mercredi l’arrestation du directeur d’une usine de traitement de gaz et d’un autre responsable dans la région de Mangystau, où se trouve Janaozen.

Émeutes au Kazakhstan: policiers tués, magasins pillés, le président sera "ferme" (photos)

Première économie d’Asie centrale

Ils sont accusés d’avoir "augmenté le prix du gaz sans raison", ce qui a "entraîné des protestations massives dans tout le pays", selon cette source.

Le Khazakstan, première économie d’Asie centrale habituée par le passé à des taux de croissance à deux chiffres, souffre de la baisse des prix du pétrole et de la crise économique en Russie, qui a mené à la dévaluation du tenge kazakh et à une forte inflation.

La région de Mangystau dépend du GNL comme principale source de carburant pour les voitures et toute augmentation de son prix entraîne celle des produits alimentaires, déjà à la hausse depuis le début de la pandémie de coronavirus.

© 2022 AFP. Tous droits de reproduction et de représentation réservés. Toutes les informations reproduites dans cette rubrique (dépêches, photos, logos) sont protégées par des droits de propriété intellectuelle détenus par l'AFP. Par conséquent, aucune de ces informations ne peut être reproduite, modifiée, rediffusée, traduite, exploitée commercialement ou réutilisée de quelque manière que ce soit sans l'accord préalable écrit de l'AFP.