Covid: l’Autriche reconfinée rouvrira lundi, sauf pour les non-vaccinés

"Le coronavirus pèse sur les gens": le reconfinement instauré il y a trois semaines en Autriche prendra fin lundi comme prévu, sauf pour les personnes non vaccinées.

Covid: l’Autriche reconfinée rouvrira lundi, sauf pour les non-vaccinés

Le reconfinement instauré il y a trois semaines en Autriche pour lutter contre la pandémie de Covid-19 prendra fin lundi comme prévu, sauf pour les personnes non vaccinées, a annoncé le gouvernement ce mardi, sur fond de lassitude de la population.

"Nous avons une tendance positive" à la baisse des contaminations et nous nous sommes "mis d’accord pour mettre fin au confinement", a déclaré le nouveau chancelier conservateur Karl Nehammer.

"Le coronavirus pèse sur les gens. Et pour beaucoup, la limite du raisonnable est dépassée", avait-il estimé lors de son investiture la veille, promettant de surmonter les "divisions" qui minent la société autrichienne.

Ceux qui n’ont pas reçu d’injection ou qui ne peuvent pas présenter de certificats d’anticorps témoignant d’une infection récente au coronavirus restent privés de sortie.

La feuille de route pour cette réouverture progressive doit être détaillée mercredi et "nous serons aussi prudents que possible", a assuré le dirigeant, alors que le secteur hospitalier reste sous tension.

Un peu plus de 4.200 cas de contamination ont été recensés en 24 heures selon les chiffres publiés mardi, contre 16.000 cas au plus fort de la vague mi-novembre.

Mais plus de 3.000 personnes sont toujours hospitalisées, dont 670 en soins intensifs, le chiffre le plus haut jamais enregistré cette année.

Confronté à un risque de saturation des hôpitaux et à un taux de vaccination qui s’élevait alors à seulement 66%, ce pays touristique d’Europe centrale avait décidé de restreindre à nouveau les libertés à compter du 22 novembre.

Depuis, les Autrichiens même vaccinés n’ont en théorie plus le droit de quitter leur domicile sauf pour faire leurs courses alimentaires, du sport ou pour des soins médicaux.

Ce pays, qui a subi plusieurs confinements depuis l’émergence de la pandémie en mars 2020, était le premier à prendre de telles mesures en Europe.

Si les écoles restent ouvertes, les magasins non essentiels, restaurants, salles de concert et cinémas sont fermés, ce qui coûte 800 millions d’euros par semaine à l’économie nationale selon l’institut de statistiques Wifo.

Longtemps situé en deçà de la moyenne européenne, le taux de vaccination a augmenté ces dernières semaines et atteint désormais 71,2%, en perspective d’une obligation vaccinale qui doit rentrer en vigueur en février 2022.

"Nous devons prendre acte du fait que le virus va faire partie de notre vie et que seule une couverture vaccinale suffisante nous permettra d’éviter d’autres confinements", a martelé le chancelier, alors que la mesure divise toujours.

Des dizaines de milliers de personnes manifestent chaque samedi depuis l’annonce du projet de loi.

© 2022 Belga. Tous droits de reproduction et de représentation réservés. Toutes les informations reproduites dans cette rubrique (dépêches, photos, logos) sont protégées par des droits de propriété intellectuelle détenus par Belga. Par conséquent, aucune de ces informations ne peut être reproduite, modifiée, rediffusée, traduite, exploitée commercialement ou réutilisée de quelque manière que ce soit sans l'accord préalable écrit de Belga.