"Plus jamais ça!": le cri de l’OMS face au Covid

"Plus jamais ça!": le chef de l’OMS a appelé ce lundi les nations à établir un accord sur les pandémies pour que les générations futures soient mieux armées pour les combattre, près de deux ans après l’éruption du Covid.

"Plus jamais ça!": le cri de l’OMS face au Covid

"Tout cela se reproduira à moins que vous, les nations du monde, ne vous unissiez pour dire d’une seule voix: plus jamais ça!", a déclaré le directeur général de l’OMS, Tedros Adhanom Ghebreyesus, à l’ouverture de la réunion exceptionnelle de l’Assemblée mondiale de la santé - organe décisionnel suprême de l’Organisation mondiale de la santé qui rassemble ses 194 membres.

Cette réunion de trois jours n’est que la seconde session spéciale de l’Assemblée mondiale de la santé.

Les membres de l’OMS sont convenus ce dimanche de lancer des négociations en vue de créer un instrument international pour mieux prévenir et combattre les pandémies. Au cours de la réunion, qui doit durer trois jours, les membres de l’OMS doivent officiellement valider ce projet d’accord.

"Le moment est venu de nous élever au-dessus de cette pandémie et de laisser un héritage aux générations qui nous suivront", a souligné M. Tedros.

Pourquoi le nouveau variant du Covid se nomme Omicron et pas Nu ou Xi?

"L’émergence d’Omicron est un autre rappel que le Covid n’en a pas fini avec nous", a-t-il poursuivi, en relevant que le monde ne devrait pas avoir besoin "d’un autre rappel à l’ordre".

Le nouveau variant Omicron "montre pourquoi le monde a besoin d’un nouvel accord", a-t-il dit.

"Alors que l’Assemblée mondiale de la santé envisage un éventuel traité international sur les pandémies, les gouvernements doivent veiller à ce que cet accord aborde la prévention à la source", a commenté l’organisation Wildlife Conservation Society, qui œuvre pour la préservation de la nature. "Les gouvernements et les agences multilatérales doivent briser leurs silos sectoriels, repenser les politiques économiques et collaborer autour de l’objectif commun de prévention des futures pandémies. Une première étape essentielle consiste à reconnaître les liens intrinsèques entre la santé humaine, animale et végétale, ainsi que l’importance fondamentale d’un environnement intact et fonctionnel pour notre santé et notre bien-être."

Le projet d’accord sur lequel les membres de l’OMS se sont mis d’accord dimanche de façon informelle prévoit la création d’"un organe intergouvernemental" en vue de rédiger et négocier "une convention, un accord ou un autre instrument international de l’OMS sur la prévention, la préparation et la riposte face aux pandémies".

Un rapport intermédiaire est attendu pour mai 2023. Le résultat devrait être sur la table pour l’Assemblée mondiale de la santé de mai 2024.

© 2022 Belga. Tous droits de reproduction et de représentation réservés. Toutes les informations reproduites dans cette rubrique (dépêches, photos, logos) sont protégées par des droits de propriété intellectuelle détenus par Belga. Par conséquent, aucune de ces informations ne peut être reproduite, modifiée, rediffusée, traduite, exploitée commercialement ou réutilisée de quelque manière que ce soit sans l'accord préalable écrit de Belga.