Un Londonien reçoit le premier oeil au monde imprimé en 3D

Un patient londonien doit devenir jeudi le premier au monde à se voir implanter une prothèse oculaire réalisée par imprimante 3D, a indiqué l’hôpital de la capitale britannique qui réalise l’intervention.

Un Londonien reçoit le premier oeil au monde imprimé en 3D

Steve Verze "sera la première personne au monde à recevoir un oeil imprimé en 3D et entièrement créé numériquement", a indiqué le Moorfields Biomedical Research Centre dans un communiqué.

Le recours à l’impression 3D devrait permettre de réduire de moitié les délais de fabrication de ce faux oeil, d’environ six semaines actuellement, tout en réalisant des implants plus réalistes, a-t-il précisé.

"J’ai besoin d’une prothèse depuis que j’ai 20 ans, et je me suis toujours senti complexé à ce propos", a confié le patient, Steve Verze, un ingénieur londonien quadragénaire.

"Quand je pars de chez moi, je me regarde souvent une deuxième fois dans le miroir, et je n’aime pas ce que je vois", a-t-il ajouté. "Ce nouvel oeil", qu’il a pu déjà essayer précédemment en novembre, "est fantastique et (...) cela ne peut aller que de mieux en mieux".

Un œil imprimé en 2h30

Les implants acryliques actuels requièrent au préalable la réalisation d’un moule de l’orbite oculaire, une intervention lourde et invasive, surtout pour les enfants qui peuvent nécessiter une anesthésie générale. Ils sont ensuite placés et peints.

Avec la version 3D, un simple scan de l’oeil suffit. Un logiciel élabore un modèle en trois dimensions, et le résultat est envoyé vers une imprimante en Allemagne, qui imprime l’oeil en deux heures et demie.

Plus rapide à fabriquer, ce faux oeil semble aussi plus naturel car il laisse passer la lumière sur toute sa profondeur.

"Nous espérons que cet essai clinique nous fournira des preuves solides de la valeur ajoutée de cette nouvelle technologie, et de la différence que cela fait pour les patients. Cela a clairement le potentiel de réduire les listes d’attentes", a commenté le professeur Mandeep Sagoo, ophtalmologue de l’hôpital.

Selon le Moorfields Eye Charity, plus de 8 millions de personnes dans le monde ont une prothèse oculaire, à la suite d’une malformation, d’une maladie ou d’un traumatisme. L’organisation souligne que les techniques de fabrication avaient peu évolué en cinquante ans.

© 2022 Belga. Tous droits de reproduction et de représentation réservés. Toutes les informations reproduites dans cette rubrique (dépêches, photos, logos) sont protégées par des droits de propriété intellectuelle détenus par Belga. Par conséquent, aucune de ces informations ne peut être reproduite, modifiée, rediffusée, traduite, exploitée commercialement ou réutilisée de quelque manière que ce soit sans l'accord préalable écrit de Belga.