VIDÉO | «La police tue»: les propos d’un candidat à l’élection présidentielle provoquent un tollé

Philippe Poutou (NPA), candidat à la présidentielle de 2022, en France, a tenu des propos polémiques sur la police. Ce jeudi, le ministre de l’Intérieur a annoncé déposer plainte.

VIDÉO | «La police tue»: les propos d’un candidat à l’élection présidentielle provoquent un tollé
Philippe Poutou. ©AFP

«Oui, la police tue. Évidemment, la police tue.» Sur France Info, Philippe Poutou, candidat du Nouveau parti anticapitaliste (NPA) à l'élection présidentielle a provoqué un véritable tollé. Celui qui avait obtenu 0,83% des voix au premier tour de la présidentielle de 2017 a accusé les forces de l'ordre de tuer «une quinzaine de jeunes» tous les ans dans les quartiers populaires.

«Oui il y a une violence policière. La police tue, après on peut discuter: assassinat, meurtre, accident, bavure ou légitime défense. On le sait, on le voit. Quand on est manifestant, on n'est pas protégé par la police, on est agressé et attaqué», a soutenu le candidat du NPA. Des faits qui surviennent selon lui parce que les forces de l'ordre sont «armées, surarmées» et «dangereuses». Et d'ajouter: «La police tue, mais la police surtout mutile. Combien de mains arrachées, combien de visages défigurés, combien de gens en garde à vue alors qu'ils n'ont rien fait?», interroge-t-il.

Des phrases qui font écho aux déclarations d'un adjoint au maire de la ville de Cachan (Val-de-Marne). Dans une vidéo devenue virale sur les réseaux sociaux ces derniers jours, Dominique Lanoë, élu de la France insoumise, déclarait lors d'un conseil municipal: «Je croyais que le but de la police était de protéger la population, ce n'était pas nécessairement de posséder des armes pour la tuer».