Une filiale belge de Huawei blacklistée par l’administration américaine

Une liste de 68 entités liées au géant chinois des télécoms Huawei a été dressée par le Département du commerce des Etats-Unis. Parmi elles, l’on retrouve une spin-off louvaniste, rachetée en 2013, active dans les semi-conducteurs, révèle L’Echo jeudi.

Une filiale belge de Huawei blacklistée par l’administration américaine

Les Etats-Unis souhaitent couper les ponts commerciaux entre le pays et cette société, car elle «pose un risque significatif d’implication dans des activités contraires à la sûreté nationale ou aux intérêts en matière de politique étrangère des Etats-Unis», dit le texte que relaye L’Echo.

Basée à Gand, «Huawei Technologies Research & Developement NV» est une spin-off de l’Institut de micro-électronique et composants (Imec) de Louvain, fondée en 2010. Elle a été rachetée en 2013 par Huawei.

La société est leader dans les composants pour semi-conducteurs photoniques sur silicium, technologie qui doit permettre la création d’un nouveau type d’émetteurs-récepteurs pour l’industrie des télécoms. Elle a généré 17 millions d’euros de chiffre d’affaires encore en 2017 et compte une équipe d’une quarantaine de personnes, ressort-il de ses comptes annuels.

© 2022 Belga. Tous droits de reproduction et de représentation réservés. Toutes les informations reproduites dans cette rubrique (dépêches, photos, logos) sont protégées par des droits de propriété intellectuelle détenus par Belga. Par conséquent, aucune de ces informations ne peut être reproduite, modifiée, rediffusée, traduite, exploitée commercialement ou réutilisée de quelque manière que ce soit sans l'accord préalable écrit de Belga.