Taylor Swift confirme l’agression sexuelle au procès: «Il m’a bien attrapé» les fesses

«Il m’a bien attrapé» les fesses, «longuement». La superstar Taylor Swift a été catégorique ce jeudi au quatrième jour du procès qui l’oppose à un DJ, David Mueller, qu’elle accuse d’agression sexuelle lors d’une séance photo en 2013.

Taylor Swift confirme l’agression sexuelle au procès: «Il m’a bien attrapé» les fesses

La pop-star s’est refusée à donner une estimation du temps qu’a duré ce geste mais a précisé: «Il est resté collé à la peau nue de ma fesse alors que j’essayais de me dégager. (Sa main) ne lâchait pas», a-t-elle détaillé à la barre.

L’artiste de 27 ans a été appelée à la barre comme témoin par l’avocat représentant David Mueller, l’ex-animateur de radio qu’elle accuse d’avoir attrapé son postérieur sous sa jupe lors d’une brève séance photo avant un concert à Denver (ouest des États-Unis) le 2 juin 2013.

«C’était très choquant. Il ne m’était jamais rien arrivé de la sorte avant», a-t-elle encore ajouté.

Vers un jugement symbolique?

David Mueller, qui a donné sa version des faits plus tôt cette semaine, nie ces allégations mais admet avoir touché Taylor Swift pendant que lui et sa petite-amie Shannon Melcher posaient avec elle.

Il a le premier poursuivi la vedette en septembre 2015, l’accusant d’avoir causé à tort son licenciement car le manager de la chanteuse a appelé ses patrons au lendemain de l’incident. David Mueller a été limogé le lendemain et demande trois millions de dollars de pertes de revenus et dommages et intérêts.

Taylor Swift a alors contre-attaqué en octobre 2015. Elle ne demande qu’un dollar symbolique et un verdict en sa faveur.

© 2022 AFP. Tous droits de reproduction et de représentation réservés. Toutes les informations reproduites dans cette rubrique (dépêches, photos, logos) sont protégées par des droits de propriété intellectuelle détenus par l'AFP. Par conséquent, aucune de ces informations ne peut être reproduite, modifiée, rediffusée, traduite, exploitée commercialement ou réutilisée de quelque manière que ce soit sans l'accord préalable écrit de l'AFP.