Ne pas leur faciliter la tâche

Ce n’est pas pour punir les Britanniques. Ni pour le plaisir de prolonger la présence britannique dans l’Union. Mais les discussions ne doivent pas non plus… trop bien se passer.

P.S.

«Il ne faut pas donner l’impression qu’un État peut se dédouaner de tous les inconvénients de l’Europe tout en gardant les avantages», avance Marianne Dony, professeur de Droit européen à l’ULB.

Pour accéder à cet article, veuillez vous connecter au réseau internet.
Vous êtes hors-ligne
Connexion rétablie...