Emmanuel Macron reçoit le soutien d’un poids lourd de gauche

Le candidat centriste à la présidentielle française Emmanuel Macron a reçu mercredi le soutien d’un poids lourd de la gauche Bertrand Delanoë, ancien maire de Paris, au détriment du champion désigné du Parti socialiste Benoît Hamon.

Emmanuel Macron reçoit le soutien d’un poids lourd de gauche

«Le candidat qui se rapproche le plus de mes convictions de socialiste, réformiste, Européen, réaliste, c’est Emmanuel Macron», a déclaré M. Delanoë sur les ondes de France Inter.

En soutenant l’ex-ministre de gauche de 39 ans, l’ancien maire socialiste de Paris (2001-2014) a également expliqué vouloir «donner le maximum de force au premier tour au candidat qui peut battre (Marine) Le Pen», la chef de file de l’extrême droite, que les sondages actuels donnent qualifiée au second tour du scrutin face à Emmanuel Macron.

«Peut être que dans deux mois l’idéologie et les méthodes de l’extrême droite dirigeront la France, ça me hante», a-t-il insisté à sept semaines du premier tour de l’élection, le 23 avril.

Ce ralliement est un camouflet pour le candidat socialiste Benoît Hamon, qui peine à rassembler malgré sa victoire à la primaire. L’aile droite du parti l’accuse de représenter une «gauche radicalisée», tandis que le candidat de la gauche radicale Jean-Luc Mélenchon lui fait de l’ombre en captant 10% des intentions de vote.

M. Delanoë a qualifié le programme du candidat PS de «dangereux parce qu’il ne rassemble pas la gauche et parce qu’il est philosophiquement, dans le rapport au travail, dans le rapport à l’Europe […], pas en mesure de produire du progrès social».

© 2022 AFP. Tous droits de reproduction et de représentation réservés. Toutes les informations reproduites dans cette rubrique (dépêches, photos, logos) sont protégées par des droits de propriété intellectuelle détenus par l'AFP. Par conséquent, aucune de ces informations ne peut être reproduite, modifiée, rediffusée, traduite, exploitée commercialement ou réutilisée de quelque manière que ce soit sans l'accord préalable écrit de l'AFP.