La France va instaurer «un droit d’asile» pour les œuvres d’art menacées par le groupe EI

Le président François Hollande a annoncé ce mardi devant l’Unesco à Paris que la France allait instaurer un «droit d’asile» pour les œuvres d’art menacées par le groupe État islamique (EI).

La France va instaurer «un droit d’asile» pour les œuvres d’art menacées par le groupe EI

«Le droit à l’asile vaut pour les personnes […] mais l’asile vaut également pour les œuvres, le patrimoine mondial», a déclaré le président français devant la 70e conférence générale de l’Unesco. Il a indiqué que cette disposition figurerait dans une loi sur la liberté de la création qui doit être examinée par le Parlement français.

«En ce moment même, l’organisation terroriste Daech (acronyme de l’EI en arabe, NDLR) délivre des permis de fouille, prélève des taxes sur les biens qui vont ensuite alimenter le marché noir mondial, transitant par des ports francs qui sont des havres pour le recel et le blanchiment y compris en Europe», a-t-il fait valoir.

La France a donc aussi «décidé d’introduire un contrôle douanier à l’importation de biens culturels et intègrera dans son droit les résolutions du Conseil de sécurité interdisant le transport, le transit, le commerce du patrimoine culturel mobilier ayant quitté illégalement certains pays», a ajouté le chef de l’État.

Par ailleurs, la France fera en sorte «d’empêcher que les œuvres transportées puissent tomber entre les mains des terroristes» et pour cela, elle «accueillera des refuges pour que les biens culturels menacés puissent trouver, si je puis dire, un asile dans les musées qui souhaiteraient, face au danger, mettre les collections à l’abri».

Ces mesures font partie d’un plan d’action élaboré par le directeur du musée du Louvre Jean-Luc Martinez, à la demande du président Hollande.

© 2022 AFP. Tous droits de reproduction et de représentation réservés. Toutes les informations reproduites dans cette rubrique (dépêches, photos, logos) sont protégées par des droits de propriété intellectuelle détenus par l'AFP. Par conséquent, aucune de ces informations ne peut être reproduite, modifiée, rediffusée, traduite, exploitée commercialement ou réutilisée de quelque manière que ce soit sans l'accord préalable écrit de l'AFP.