Valls: des attentats encore à craindre, et pas qu’en France

Le Premier ministre français ne s’est pas montré très rassurant ce lundi matin.

En un coup d'oeil

Six attaques dans Paris et sa proche banlieue ce vendredi soir

Au moins 132 personnes ont été tuées et 352 personnes ont été blessées, selon le dernier bilan dimanche soir.

Deux Liégeois et un Franco-Belge figurent parmi les victimes.

7 terroristes présumés sont morts. Trois d'entre eux sont identifiés.

L'État islamique a revendiqué les attentats. La France a répliqué dimanche en bombardant « massivement » Raqa, fief de l'EI en Syrie.

– Des perquisitions et des arrestations ont eu lieu à Molenbeek. Sept personnes ont été interpellées. Deux des véhicules utilisés par les assaillants ont été loués en Belgique.

– Deux Français ayant résidé à Bruxelles figurent parmi les auteurs des attentats meurtriers de vendredi soir à Paris. Ils sont «décédés sur place».

– La police française a lancé un appel à témoins. Le suspect visé par celui-ci est né en Belgique.

La France doit se préparer à de nouveaux attentats, a affirmé Manuel Valls, en soulignant que le pays pouvait être encore frappé «dans les jours qui viennent, dans les semaines qui viennent».

«Nous allons vivre longtemps avec cette menace», «il faut s’y préparer», a-t-il dit à la radio RTL en évoquant «de nouvelles répliques» françaises. Les attentats ont été «organisés, pensés, planifiés depuis la Syrie», a-t-il ajouté.

D’après le Premier ministre français, de nouveaux attentats pourraient intervenir aussi dans d’autres pays européens. «Nous savons qu’il y a des opérations qui se préparaient et qui se préparent encore, pas seulement contre la France, mais contre d’autres pays européens», a-t-il dit, sans autres précisions.

Les dernières infos en direct

© 2022 AFP. Tous droits de reproduction et de représentation réservés. Toutes les informations reproduites dans cette rubrique (dépêches, photos, logos) sont protégées par des droits de propriété intellectuelle détenus par l'AFP. Par conséquent, aucune de ces informations ne peut être reproduite, modifiée, rediffusée, traduite, exploitée commercialement ou réutilisée de quelque manière que ce soit sans l'accord préalable écrit de l'AFP.