Attentats terroristes de Paris: au moins 129 morts, 352 blessés, trois jours de deuil national

Six attaques à Paris et dans sa banlieue proche se sont produites hier soir. Il y a au moins 128 morts et 300 blessés. L’état d’urgence est déclaré en France, où trois jours de deuil national ont été décrétés. L’État islamique a revendiqué les attentats. Deux Belges figurent parmi les victimes. Le contrôle aux frontières franco-belges est renforcé.

agences

Ce que l'on sait

– Dix mois après les attentats djihadistes contre Charlie Hebdo, six attaques présumées terroristes quasi simultanées, dont des actions kamikazes, ont été menées à Paris et dans sa proche banlieuece vendredi soir, à partir de 21h30-22h00

- Au total, au moins 129 personnes ont été tuées et 352 blessées, dont au moins 99 le seraient grièvement

- Deux Belges sont parmi les victimes, l'information a été confirmée par Didier Reynders. Deux Liégeois portés disparus font partie des victimes ont, par ailleurs, confirmé leurs proches

– L'État islamique a revendiqué les attentats. Le président français François Hollande évoque un «acte de guerre» de l'EI

Un assaillant présumé du Bataclan, un Français, identifié

– Trois jours de deuil national ont été décrétés par Hollande

– Un témoin visuel cité par nos confrères du Monde indique que «la voiture des terroristes avait une plaque d'immatriculation belge»

Les terroristes auraient bénéficié d'aides venues de Molenbeek

– Des premiers témoignages de survivants font état d'assaillants ayant crié «Allah Akbar» ou ayant évoqué l'intervention de la France en Syrie

– La justice a ouvert une enquête pour assassinats en relation avec une entreprise terroriste sur ces attaques, les plus meurtrières en Europe depuis les attentats islamistes de Madrid en mars 2004.

– Deux explosions ont eu lieu près du stade de France

– Quatre fusillades ont également eu lieu dans Paris: boulevard Voltaire, rue Bichat ou rue Alibert, rue Charonne et rue de la Fontaine au Roi

– Une fusillade suivie d'une prise d'otages a enfin eu lieu dans la salle de spectacle du Bataclan. Le bilan humain s'élève à au moins 82 morts pour la seule attaque du Bataclan

7 terroristes présumés sont morts, dont sept en se faisant exploser: quatre au Bataclan, dont trois en faisant sauter une ceinture d'explosifs, et trois autres qui se sont fait exploser près du Stade de France et un dernier boulevard Voltaire

– Le gouvernement belge prend des mesures de sécurité. Mais le niveau d'alerte terroriste en Belgique n'a pas été rehaussé chez nous. Charles Michel invite les Belges à ne pas se rendre à Paris

– Le président François Hollande qui assistait au match de l'équipe de France a été évacué et a déclaré l'état d'urgence. L'Élysée a annoncé la mobilisation de 1.500 militaires supplémentaires et le renforcement des contrôles aux frontières

IDE-151114_Paris_Attentats_19h50-01-5216.jpg
IDE-151114_Paris_Attentats_19h50-01-5216.jpg ©idé

Le point | Le bilan s’alourdit et grimpe à 129 morts

001_GR410392.jpg
001_GR410392.jpg ©AFP

Horreur et scènes de guerre: Paris se réveille ce samedi en état de sidération, après des attentats d’une ampleur sans précédent revendiqués par l’EI qui ont fait au moins 129 morts et 352blessés, avec pour la première fois en France des actions kamikazes.

Sept assaillants ont abattu une centaine de personnes dans une salle de concert, à des terrasses de café, ou se sont fait exploser près du Stade de France, un mode opératoire inédit sur le sol français.

«Cette fois, c’est la guerre», résume ce samedi en une le quotidien populaire Le Parisien. «La guerre en plein Paris», titre le journal conservateur Le Figaro.

Le procureur de la République de Paris, François Molins, a précisé qu’il était possible que «des complices ou co-auteurs» des terroristes se trouvent «dans la nature».

Des complicités à Molenbeek?

Alors que des témoins parisiens affirmaient que «la voiture des terroristes avait une plaque d’immatriculation belge», la police belge a mené plusieurs opérations importantes à Molenbeek en lien avec les attentats parisiens.

Selon plusieurs sources, une partie des terroristes auraient bénéficié de l’aide de plusieurs habitants de Molenbeek.

Le passeport d’un migrant

Le passeport syrien retrouvé par la police française près du corps d’un des auteurs des attaques de Paris appartenait à un migrant enregistré lors de son arrivée sur une île grecque en octobre.

Le film des événements

Les fusillades éclatent

Vendredi soir: plusieurs fusillades et explosions éclatent simultanément à Paris.

Entre 21h00 et 21h15 (heures locales): Trois explosions retentissent autour de l’enceinte sportive du Stade de France, au nord de Paris, pendant le match amical de football France-Allemagne disputé devant 80.000 spectateurs. Une personne est tuée, ainsi que trois kamikazes.

A 21h29, un premier tweet fait état d’une «fusillade à Paris10 Bichat». A l’angle des rues Bichat et Alibert (Xe arrondissement), cette fusillade contre la terrasse du restaurant Le Petit Cambodge fait 14 morts.

A 21h38, un autre tweet évoque «des bruits plus qu’inquiétants» rue de Charonne (XIe arrondissement). Des témoins entendent des tirs pendant «deux, trois minutes». 18 personnes sont tuées.

A 21h49, un tweet parle de «très nombreux coups de feu au Bataclan». Dans la salle de spectacle, où se déroule un concert de rock, plusieurs hommes armés, à visage découvert, ouvrent le feu dans la salle de spectacle aux cris de «Allah Akbar», et prennent les spectateurs en otage.

Rue de la Fontaine au roi (XIe arrondissement), à proximité de la place de la République, cinq personnes sont abattues à la terrasse d’une pizzeria, La Casa Nostra.

Une attaque faisant un mort a également lieu boulevard Voltaire, de l’autre côté de la place de la République. Le kamikaze est mort.

L’état d’urgence

22h30: François Hollande, immédiatement évacué du stade de France, se rend au ministère de l’Intérieur pour faire le point sur la situation.

Le parquet antiterroriste se saisit de l’enquête.

23h43: nouveau bilan, d’au moins 35 morts.

Les hôpitaux de Paris déclenchent le «Plan blanc» d’urgence et de crise.

00h01: «plusieurs dizaines de tués, beaucoup de blessés», «c’est une horreur», déclare à la télévision François Hollande, qui annonce l’instauration de l’état d’urgence

00H15: un conseil des ministres exceptionnel se réunit à l’Élysée et décrète comme prévu l’état d’urgence.

Le Parti socialiste, le Front national (extrême droite) et le parti Les Républicains de Nicolas Sarkozy suspendent leur campagne électorale pour les élections régionales.

Samedi, peu avant 00h30: Assaut de la police au Bataclan qui se termine une demi-heure plus tard. Au moins 82 personnes sont mortes. Les quatre assaillants sont tués, dont trois en actionnant leur ceinture d’explosifs.

Les premières mesures d’urgence

Les établissements scolaires et universitaires seront fermés samedi, annonce le rectorat de Paris. Tous les voyages scolaires sont annulés en France pour le week-end.

01h11: la prise d’otages au Bataclan a fait une centaine de morts, selon des sources policières.

François Hollande se rend au Bataclan avec plusieurs ministres, dont celui de l’Intérieur Bernard Cazeneuve.

Le Conseil du culte musulman condamne «avec la plus grande vigueur» des «attaques odieuses et abjectes».

«1.500 militaires supplémentaires ont été mobilisés», annonce l’Élysée.

«Nous allons mener le combat, il sera impitoyable» face aux terroristes, déclare François Hollande près du Bataclan.

Il y aura un «rétablissement des contrôles» aux frontières mais pas de «fermeture», précise l’Élysée.

Les attaques ont fait au moins 120 morts, annonce le parquet.

04h30: selon les enquêteurs, huit «terroristes» sont morts dans les attentats, dont sept en se faisant exploser.

Deuil national

09h00: Conseil de défense à l’Élysée.

Les compétitions sportives sont suspendues en région parisienne et des sites touristiques fermés.

Tous les équipements de la Ville de Paris restent fermés: écoles, musées, bibliothèques, gymnases, piscines, marchés alimentaires, ainsi que les établissements publics culturels de la région parisienne.

La direction de la police nationale lance un appel à témoins auprès de la population.

10h50: François Hollande à l’Élysée qualifie les attentats d’ «acte de guerre» et désigne comme responsable «l’armée terroriste» de l’organisation État islamique, «Daech». Appelant les Français à «l’unité» et au «sang-froid», il annonce un «deuil national pour trois jours». Il s’exprimera lundi devant le Parlement réuni en Congrès.

Le groupe État islamique revendique les attentats.

Les manifestations sur la voie publique sont interdites à Paris et dans la région parisienne jusqu’à jeudi

En direct:

001_GR410403.jpg
001_GR410403.jpg