Breivik se dit prêt à mourir de faim s’il n’est pas mieux traité

Anders Behring Breivik, qui purge une peine d’au moins 21 ans de prison, «n’en peut plus»… Il estime être maltraité en prison et menace de faire grève de la faim «jusqu’à en mourir».

Breivik se dit prêt à mourir de faim s’il n’est pas mieux traité

L’extrémiste de droite norvégien Anders Behring Breivik a affirmé qu’il était prêt à faire grève de la faim jusqu’à en mourir s’il n’était pas mieux traité en prison, dans sa dernière lettre aux journalistes.

Brevik, 36 ans, purge une peine de 21 ans de prison qui peut être prolongée tant qu’il sera considéré comme dangereux, pour avoir tué 77 personnes en juillet 2011 au nom de la lutte contre le multiculturalisme.

Le site internet d’information norvégien Nettavisen avait rapporté mardi avoir reçu une «lettre ouverte» également adressée à d’autres médias et aux autorités pénitentiaires dans laquelle l’homme se plaignait une nouvelle fois de ses conditions de détention.

D’après le célèbre détenu, elles sont devenues encore plus strictes depuis le 2 septembre.

«Si on ne revient pas sur le tour de vis du 02/09/15, je finirai par mener une grève de la faim jusqu’à en mourir. Je n’en peux plus», y écrit-il, d’après Nettavisen.

Les autorités pénitentiaires norvégiennes refusent traditionnellement de s’exprimer sur ses conditions de détention.

Anders Behring Breivik, qui considère l’isolement auquel il est soumis à la prison de Skien comme de la «torture», avait épuisé ses recours juridiques quand en 2014 la police avait classé sans suite une plainte qu’il avait déposée pour ce motif.

Les lettres aux médias sont depuis son seul moyen de plaider sa cause.

© 2022 Belga. Tous droits de reproduction et de représentation réservés. Toutes les informations reproduites dans cette rubrique (dépêches, photos, logos) sont protégées par des droits de propriété intellectuelle détenus par Belga. Par conséquent, aucune de ces informations ne peut être reproduite, modifiée, rediffusée, traduite, exploitée commercialement ou réutilisée de quelque manière que ce soit sans l'accord préalable écrit de Belga.